Une légende, un seul but. Un but très précis : atteindre la Pierre Philosophale.
 

Partagez | .
 

 « Nouvelle subordonnée, bienvenue. » | PV : Nina Evans |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: « Nouvelle subordonnée, bienvenue. » | PV : Nina Evans |   Dim 7 Aoû - 19:35

Promis, j'arrête de promettre.


Un doux matin. Les températures étaient estivales et agréables, si bien que le colonel aurait tout donné pour allez faire une promenade d’au moins une heure, voire deux ; au lieu de rester enfermé dans son bureau. Assit devant la table en bois ; le soldat avait tout un tas de papiers qu’il devait remplir ; histoire de ne pas faire entrer sa lieutenante dans une fureur à laquelle il doutait pouvoir y échapper. Pas de pluie, pas de nuages dans le ciel ; rien, juste le soleil … Il déprimait presque de ne pas pouvoir sortir. Mais bon ; le travail avant tout et surtout, sa survie dépendait de ces fameux tas dérangeants, éparpillés sur son bureau. Surtout qu’il avait une nouvelle subordonnée dans ses rangs. Une certaine Nina Evans, une alchimiste d’Etat. Mais son nom de code lui restait encore inconnu et cela, il admettait que ça l’intriguait. Roy soupira. Ah, mais quelle corvée, ces papiers ! En relevant la tête, il remarqua dans quel chaos baignait son bureau. Des feuilles, des feuilles, et encore des feuilles. De partout ! Le militaire grogna et entreprit de les réunir en une seule petite montagne bien rangée, mais en regardant le résultat, se découragea en se disant que Hawkeye voulait le tuer au travail. De plus, avec ce « fameux stylo qui ne marchait pas bien » - avec lequel il avait tenté de trouver une excuse un peu bancale - ; qui ; pour cette fois-ci, déconnait sérieusement entre l’encre qui se refusait de couleur correctement ou le surplus qui tombait dans la plume. Et plus par flemme qu’autre chose, il refusait de réparer le stylo par alchimie, malgré le fait qu’il savait parfaitement d’où venait le problème.

Il reposa la feuille qu’il était en train de lire sur le bureau ; ennuyé d‘un tel « passe-temps ». Cela faisait depuis son arrivée au Q.G. qu’il était sur la paperasse, et ; l’air de rien ; il commençait à fatiguer un peu. Roy s’étira simplement en poussant un bâillement assez bruyant, et remarqua ses gants dans son tiroir à-demi ouvert. Il fut presque prit de l’envie de brûler les papiers et de s’en allez faire un tour. Il les saisit et les regarda sous toute les coutures, prit d’un ennuie improbable. Puis, posant son regard dans ledit tiroir en question ; il se rendit compte du foutoir qui traînait dedans. Il l’ouvrit d’un geste vif et détailla attentivement ce qu’il y avait dedans : sa boîte à gants, son arme de service, un bout de papier sur lequel était gribouillé deux ou trois notes, un post-it … Bref, un océan de bazar. Et dans tout ça, la photo de Maes Hugues. Il la regarda évasivement avant de refermer le tiroir avec une certaine nostalgie dans le regard. Il se leva, et décida de sortir, histoire de prendre l’air, malgré l’image de sa lieutenante qu’il avait en tête. Il ne prit pas la peine de prendre son manteau : à quoi bon, il faisait chaud. Il traversa les corridors remplis de militaires du Q.G. jusqu’à la cour. L’air était lourd. Très lourd, même et il mourrait de chaud dans sa veste de service. Il se mit en tête de l’enlever. Eh bien quoi, ça ne gênerait personne, après tout. Il dédit lentement les boutons de sa veste et se retrouva bientôt en petite chemise blanche. Roy apprécia le coup de frais que ça lui procurait, et respira à fond. Un vent soufflait dans la grande cour dans laquelle plusieurs personnes taillaient des causettes ; faisant frissonner les feuilles des arbres, qui s’agitaient paisiblement sur les branches. Certaines venaient même à tomber. C’était une remarquablement calme matinée. Il regrettait presque de ne pas être sortit plus tôt.

Il s’avança dans l’allée dallée de l’immense cour, d’un air tranquille. On le regardait passer bizarrement. Lui qui ne sortait pas pendant ses heures de travail à part peut-être pour faire des patrouilles dans la cité. Eh bien quoi ? Tout le monde a bien le droit d’allez se promener avant de reprendre le boulot, non ? Il soupira en fermant les yeux. Que les journées étaient longues … Surtout en été, tiens. Il rouvrit les paupières pour être certain d’entrer en collision avec personne et glissa ses mains dans ses poches, pensif. Là, il pensait plutôt à sa mère adoptive, qui ne devait pas s’ennuyer avec les « ivrognes » du coin dans lequel il y avait son bazar. Il pensa qu’il devrait peut-être lui rendre visite d temps à autres, juste pour savoir comment elle allait et si elle s’en sortait bien toute seule. Oui. Son âge était bien avancé et sa certaines vieillesse inquiétait un peu son « fils » quant à sa santé. Mais bon ; Madame Chrismas Mustang se portait bien, disons-le carrément.

A force de réfléchir ; il se rendit compte qu’il s’était éloigné de son bâtiment de travail, se dirigeant inconsciemment vers la bibliothèque. Cette grande bâtisse grise ; avec un énorme escalier de plus de vingt marches, facilement, et interdit au public extérieur des alchimistes d’état. Mais Roy avouait très certainement qu’il ne s’y rendait pas très souvent, bien plus occupé à la chasse aux criminels qu’autre chose. D’ailleurs, l’affaire Scar était légèrement sur un point mort et le titillait. S’il n’attrapait pas l’Ishbal, la vie de beaucoup d’alchimistes seraient en danger, y compris la sienne. De plus ; il avait bien faillit avoir le Fullmetal, qui, dans une superbe idée de ne pas bouger, avait fait se presser le colonel ; si bien que ce-dernier ne s’était pas rendu compte de la pluie qui tombait ce jour-là. Et il lui avait fallu que sa lieutenante l’empêche de faire la gaffe de sa vie pour comprendre qu’il était … Impuissant.

Roy se tira de ses pensées de lui-même et s’arrêta dans sa marche. Juste devant le grand escalier. Il fit demi-tour et retraversa dans l’autre sens toute la cour. Cette-dernière était d’ailleurs assez grande ; et des dalles allaient d’un bâtiment à l’autre. Et aux côtés des pierres dressées sur le sol, il y avait de l’herbe et quelques arbres. Ainsi qu’une grosse fontaine centrale.

De-nouveau dans son bâtiment de travail ; il le traversa également dans le sens inverse, mais prenant d’autres chemins pour ne pas être en contre-sens par rapport à la foule de soldats qui affluait d’un bout à l’autre. Pas la peine de se coincer soi-même quand on peut faire beaucoup plus simple, se disait-il. Cependant, arrivé devant son bureau ; il remarqua quelqu’un. Quelqu’un de grand. Et qui semblait être une femme. Il crut voir son bras droit, mais fut soulagé de constater que ce n’était pas elle. Il s’approcha de la jeune femme en question ; en prenant son air assuré habituel.

« Vous cherchiez quelqu’un ; mademoiselle ? » demanda-t-il tranquillement en arrivant derrière elle.

Les mains toujours dans les poches, une chemise blanche qu’il n’avait pas rentrée dans son pantalon, par flemme ; il avait l’air de tout sauf d’un colonel de l’armée Amestrienne. Mais bon, ça, tout le monde s’en foutait. Quand on meurt de chaud, il faut bien trouver un contournement au problème. Cependant, on pouvait tout de même voir qu’il faisait partie des soldats grâce à son pantalon en question et la veste qu’il avait calé entre son poignet et sa hanche. Roy s’arrêta devant elle en attendant gentiment une réponse, l’air le plus amical possible.
Revenir en haut Aller en bas
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Re: « Nouvelle subordonnée, bienvenue. » | PV : Nina Evans |   Dim 7 Aoû - 20:50

<< Le Hasard n'est pas de ce monde, tout est inuléctale >>


C'était le grand jour, ou plutôt le jour J. Nina avait été acceptée commme alchimiste d'état et elle alla bientôt être transféré dans une équipe. La jeune femme ne savait pas encore laquelle mais apparemment elle comportait le fameux Flame Alchemist. Pas n'importe qui. La brune allait avoir de la concurrence en ce qui concerne ses montés en grade, mais ça n'avait pas d'importance. Elle serait la meilleure car c'était le but qu'elle s'était fixée. Elle décida de se promener un peu avant d'aller à la rencontre du colonel Roy Mustang, qui était semble-t-il le leader de l'équipe. Eh bien elle avait affaire à quelqu'un de plus grader qu'elle, soit. En tout cas ça allait changer et puis elle allait essayer de lui tenir tête bien que cela soit assez futile. La jeune femme avait beau être au solde de l'armée elle ne supportait pas les ordres. Mais elle allait devoir faire avec, car pour l'intant ça n'était pas à elle de commander. Nina sortit de chez elle de bon matin et alla fire un tour. Elle avait tout son temps et bel et bien l'intention d'arriver en retard. Cet après midi là, il faisait une châleur lourde. La jeune femme étouffait dans son uniforme. C'était la première fois qu'elle le mettait et sûrement la dernière, elle se sentait tellement mal dedens. Elle retira le haut pour se retrouver en débardeur noir. La belle se sentit respirer de nouveau. Elle prit une grande bouffée d'air avant de se mettre en route pour chez elle, où elle déposa la veste de son uniforme. Elle regarda l'heure. Elle n'était ni en retard ni en avance, alors elle décida de partir de suite.
Quand Nina arriva devant le QG de centrale elle resta l'observer un long moment et s'oublia. C'était là qu'elle travaillait à présent. La montre qu'elle portait autour de son cou en était la preuve. Elle s'étira comme un chat et passa les portes d'entrée. Bon, maintenant elle allait rencontrer le colonel. La personne à qui elle obeira au doigt et à l'oeil. Même si elle n'en était pas certaine. Nina était une personne impulsive et puis sensible, si un ordre lui paraissait déplacé ou cruel elle ne se gênerait pas pour le montrer. Quitte à s'attirer des problèmes. Elle allait devoir corriger cela si elle voulait devenir généralissime.
Elle demanda où se trouvait le Flame alchemist. On lui indiqua la direction et elle y alla presque en sautillant. Après tout elle avait souvent entendue parler de lui et elle ne pouvait s'empêcher d'être admirative et fière d'être sa nouvelle subordonnée. Elle frappa à la porte. Bizarrement il n'y avait personne. Elle entra et découvrit un bureau tout ce qu'il y avait de plus déranger. Et dire que c'était le colonel, son colonel à présent, qui avait cette organisation désolante. Instinctivement, elle commença à ranger ses papiers. A trier dans l'ordre et à classer dans les bons tiroirs. Elle n'aimait pas trop le bazar surtout quand il s'agissait de son supérieur. Encore un grade et elle sera à son niveau. Cette pensée la fit sourire. Mais malgré tout, elle commençait à enrager. Il n'était même pas dans son bureau, et en plus il la laisser poireauter ici... Quelle accueil ! Elle se calma très vite. Ca n'était peut être pas de sa faute qui sait. Elle s'amusa à imaginer Roy Mustang, quel âge il avait, comment il était physiquement... Et puis elle entendit une voix rententir derrière elle.
Elle se retourna un peu brusquement et lâcha les papiers quelle tenait sur le bureau. Quand elle vit l'homme qui lui avait adresser la parole elle fut un peu surprise. Il avait des cheveux noirs ébènes, des yeux sombres et il portait un chemise blanche. Il avait l'air de mourir de chaud. Mais ce tableau ne fit qu'attendrir Nina, elle le trouvait vraiment beau.
-Bonjour ! Oui en effet, je cherche le colonel Roy Mustang. Surnommer le Flame Alchemist. Je m'appelle Nina Evans, mon surnom c'est Earth Alchemist, je croit que je devais le voir aujourd'hui.
Elle plongea ses yeux gris clair dans les siens. Il semblait jeune. La trentaine à peu prêt. Elle en déduit qu'il était dans son équipe.
-Vous êtes un de ses subordonné ? Vous savez peut-être où il est, je me sens un peu abandonné, il m'a sûrement oublié.
Revenir en haut Aller en bas
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Re: « Nouvelle subordonnée, bienvenue. » | PV : Nina Evans |   Dim 7 Aoû - 23:13

L’Homme est un Loup pour l’Homme.


Oui, c’était une brune aux yeux gris-perle. Alors, c’était elle, sa nouvelle subordonnée ? Oui, plutôt pas mal. En tout cas, elle avait le sens du rangement. Quelque chose disait au colonel qu’il se trouvait avec une deuxième Hawkeye sur les bras. En tout cas … La montre à gousset qu’elle portait autour du cou confirmait son statut. La jeune femme était dans la vingtaine d’années, brune ; assez fine.

« Bonjour !  »
« Oui, bonjour. » dit-il d’un air tranquille en s’avançant vers elle, un sourire au coin des lèvres.
« Oui en effet, je cherche le colonel Roy Mustang. Surnommé le Flame Alchemist. Je m’appelle Nina Evans, mon surnom ; c’est Earth Alchemist, je crois que je devais le voir aujourd’hui. »

Un faible sourire vint éclairer une nouvelle fois son visage. Eh bien, ma belle, il est juste devant toi, le colonel que tu cherches.

« Vous êtes un de ses subordonnés ? Vous savez peut-être où il est, je me sens un peu abandonnée, il m’a sûrement oublié. »

Non, non, pas oubliée. Simplement qu’il avait faillit l’oublier. Mais passons ce détail. Visiblement ; elle voulait le voir. De plus, elle le prenait pour un des subordonnés de Mustang. Aha ! Il remarqua le tas de papiers tombé aux pieds de la jeune femme et se dirigea vers ces-derniers et commença à les ramasser.

« Donc, vous cherchiez le colonel, si j’ai bien compris … » dit-il simplement, feignant d’être pensif.

Il se redressa et reposa le tas sur le bureau. Roy s’en alla alors vers son porte-manteau, sur lequel était déjà accroché son long blouson noir, et y accrocha sa veste de service avec un ait tout à fait serein. Avant de revenir vers elle et de se planter devant Nina.

« Je sais que le fait que je sois jeune joue là-dessus, mais de là à ne pas me reconnaître … Earth Alchemist, je suis le colonel Roy Mustang, Flame Alchemist. »

Il attendit que la nouvelle fasse son effet. Il remit ses mains dans ses poches, l’air tranquille. Il se tenait assez droit ; se rendant compte qu’il la dépassait légèrement. Elle semblait étonnée. Lui, calme. Mais un sourire franc franchit ses lèvres et il dit :

« Enchanté, lieutenant-colonel Evans. »

Il s’assit sur son siège et observa le tas de paperasse sur la table, commença à l’assembler en un tas bien propre. Non, pas envie de les signer. Pas envie de les trier. Juste envie de retarder l’ennuie, disons. Il regarda le stylo sur son bureau.

« J’ai entendu dire que … Vous aviez passé l’examen haut la main. Mais vu que je n’étais pas là ; je me demandais comment vous faisiez pour transmuter. »

Oui ; les performances de la jeune femme l’intéressait. Il voulait juste savoir si elle avait de bonnes capacités ou non. Roy prit le stylo dans ses mains et l’observa un petit moment, avant qu’une certaine idée ne lui vienne à l’esprit.

« Voyons ça tout de suite …  » réfléchit-il à voix haute. « Vous voyez ce stylo ? Eh bien, il marche mal. Disons que l’encre sort mal ou très peu. Sans parler des fuites. Donc, vous allez me le réparer. Maintenant que je vous ais expliqué l’origine du problème ; je pense donc que vous êtes en mesure de le réparer, lieutenant-colonel. »

Il lui posa le stylo devant elle, sur le bureau et croisa les bras sur la poitrine ; attendant patiemment que la jeune femme passe à l’action. De plus, il se posait une question ; mais il attendait confirmation. D’ailleurs, il ne lui avait présenté aucun papier pour faire le cercle de transmutions exprès pour voir si la jeune femme pouvait transmuter sans cercle. Il sentit qu’il avait oublié quelque chose.

« Ah, oui. Aussi, je m’excuse de vous avoir fait attendre, lieutenant-colonel. Ce n’était pas dans mes intentions premières de vous faire … patienter seule dans cet endroit que vous ne connaissez pas. » dit-il sans se presser en relevant les yeux sur la jeune femme.

Revenir en haut Aller en bas
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Re: « Nouvelle subordonnée, bienvenue. » | PV : Nina Evans |   Lun 8 Aoû - 0:04

<< Si tu veux arrier à tes fins, donne toi les moyens. >>


La jeune femme leva les yeux vers lui. Alors comme ça c'était le colonel Roy Mustang. L'alchimiste de Flamme en personne. Juste devant elle, celui qu'elle avait prise pour un subordonné. Nina se la joua fine et prit un air étonné. Mais décida de ne pas se laisser impressionner pour autant. Après tout ils étaient presque au même niveau, enfin disons que la belle allait bientôt le rattraper ! Elle admira encore ses yeux noirs. Il fallait qu'elle arrête, quelques instants plus tôt c'était le jeune homme qui allait lui indiquer ou se trouvait Mustang, maintenant c'était son colonel, son supérieur. Pourtant, elle se ravisa. Elle n'allait pas la jouer franche avec lui, au contraire. Nina ne lui révélera pas son but, son objectif de peur que cela la freine. Hé oui, la concurrence ça ne plait à personne, il allait sûrement tenter de l'éliminer de la course. Et puis c'est vrai qu'elle aurait du le reconnaître, malgré son âge. En tout cas, elle ne l'imaginait pas comme cela. Ce qu'elle avait découvert était bien au-delà de ses espérance et une idée germa dans sa tête. Et puis Roy lui sourit. La jeune femme fut tout simplement ébloui. Son admiration commençait à évoluer en un sentiment qu’elle ne sut pas décrypter.

-Enchanter Colonel Mustang, dit-elle de sa voix mélodieuse.

Elle continua de le fixer du regard. Alors comme cela, il avait tout de même entendu parler d’elle. C’est vrai qu’elle avait passer le test avec facilité. Après tout, l’alchimie pour elle c’était comme respirer, ça lui venait naturellement. Encore plus depuis qu’elle avait vu la vérité. Elle regarda sa main de métal, caché par un gant, l’air pensive. Puis lorsque le colonel, enfin son colonel maintenant, s’adressa à elle, elle leva la tête. Il tenait un stylo dans sa main. Puis il le posa devant lui, sur le bureau. Roy Mustang voulait qu’elle le répare. Oh, ça va ! Elle n’était pas réparatrice non plus ! En plus c’était d’un facilité déconcertante. Elle claqua des mains et répara son stylo de malheur. Si il voulait connaître sa valeur, ça ne pouvait pas mieux tomber. Elle sourit et claqua une nouvelle fois des mains. Cette fois le sol se déforma avant de se redresser et former un cœur immense. Nina se concentra pour connaître mieux l’origine de la matière et elle dit d’une voix douce :

-En gage de notre amitié.

Puis elle posa ses mains sur le sol et il reprit sa place normal. La jeune femme n’était pas fatiguée ni rien, cela ne lui avait demander aucun effort. Elle espéra que ceci l’est impressionner. Tout ce qu’elle voulait, c’était qu’on reconnaisse ça vrai valeur. Et puis au finale, son idée se mit en place. Le colonel Mustang, enfin, son beau colonel, elle allait devenir son amie, le faire placer toute sa confiance en elle. Comme cela, elle pourra le mener par le bout du nez et tenter d’atteindre son but. Mais le jeune homme avait l’air aussi malin qu’elle, ça allait être un jeu dangereux, un jeu qui commençait maintenant.

-Que diriez vous de venir dîner ce soit ? On pourrai se parler d’alchimie… en tête à tête.

La belle avait prit une voix suave. Elle avait le rouge au joues et une étrange chaleur s’allumait en elle. Ça n’était pas son genre de faire ça. Nina n’était pas une allumeuse et cette idée lui semblait déplacé. Mais seulement voilà elle voulait devenir Généralissime et elle allait s’en donner les moyen. La brune posa son coude sur la table, la main sur la joue, penchée sur lui pour le laisser entrevoir sa poitrine (qui n’était d’ailleurs pas d’une taille enviable…)

-Qu’en dites vous, colonel ?

Nina rejeta ses long cheveux bruns en arrière dans un geste théâtral. On voyait bien qu’elle jouait la comédie. Ça n’était pas plausible. Mais elle espérait que sa beauté lui permette de compenser son manque d’expérience. Mais malgré tout ses efforts, elle restait rouge au niveau des joues, elle ressemblait à une enfant qui vivait sa première histoire d’amour. Seulement c’était une adulte qui essayait de draguer son supérieur pour arriver à ses fins. Tout aussi puérile.
Revenir en haut Aller en bas
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Re: « Nouvelle subordonnée, bienvenue. » | PV : Nina Evans |   Lun 8 Aoû - 0:47

Il paraît que même une horloge cassée indique deux fois la bonne heure dans une journée.

Il regarda la jeune femme transmuter sans avoir besoin de cercles. Parfait ; elle était tombée dans le panneau et un fin sourire illumina son visage. Cependant, son amusement laissa place à la surprise. La jeune femme avait de-nouveau claqué les mains et les avaient pour cette-fois apposées sur le sol afin d’en faire un … Cœur immense. En gage de leur amitié. Aha ! Elle, elle entendait surtout « en gage pour mes avances », oui. Il décida de jouer le jeu. Il attendit qu’elle enlève le fameux cœur du sol pour éclater d’un rire assez franc, beaucoup plus qu’il ne l’aurait voulu. Roy ne put s’arrêter de rire avant une certaine dizaine de minutes, avant de se reprendre difficilement, pendant que le sol redevenait tout à fait normal. Un autre détail lui titillait désormais le cerveau. Qui avait-elle transmuté pour pouvoir faire de l’alchimie sans cercles ? Bonne question. En tout cas, ce mystère n’allait pas résister bien longtemps à Roy, car la jeune femme ne semblait pas vraiment au courant à qui elle avait à faire. En tout cas, il remarqua furtivement que les joues du lieutenant-colonel était d’un joli rouge vif. Du genre à ne pas passer inaperçu. Imperturbable, il se contenta de dire ; riant presque d’un certain amusement :

« Eh bien. J’ai beau avoir du succès auprès des femmes ; c’est bien la première fois qu’on me fait des avances aussi rapides ! La plupart du temps, c’est moi qui fait les avances le premier. Enfin bref … »

Il soupira. La jeune femme était certes belle, mais pas à ce point pour qu’il tombe aussi facilement dans le panneau. Celle qui était en train de se faire berner, en fait, c’était elle. Mais autant jouer le jeu pour voir ce qu’il avait à y gagner. En tout cas, la façon dont s’y était prit la brune était des plus maladroites. Il en avait connu des pires comme des meilleures ; mais c’était bien l’une des premières fois qu’on lui faisait ce coup-là. Elle mit alors le coude sur la table, la main sur la joue, et se pencha vers lui ; l’air charmeur. Huhu … Continue, ma belle colombe ; tu verras ; tu ne vas pas être déçue de tomber dans ton propre piège. En tout cas, si tu voulais me faire tomber soûl avait le début de la soirée, t’étais mal barré ; mon ange. Le colonel ne lança aucun regard à ses décoltés qui laissait montrer la poitrine de la jeune femme. Il soupira une nouvelle fois.

« Que diriez-vous de venir dîner ce soir ? On pourrait parler d’alchimie … en tête-à-tête. Qu‘en dites-vous, colonel ? »

Hum ? Il haussa un sourcil, suspicieux. Elle allai plutôt vite en besogne, la colombe. Roy déclara alors :

« Parler d’alchimie ? Oui, pourquoi pas … »

Ah non, ne pas briser les espoirs de la demoiselle. Elle allait tomber de haut. Mais disons que sa comédie était remarquablement bien jouée, comparée à elle qui avait le rouge aux joues. La blanche colombe et le crapaud, comme qui dirait. Cette simple pensée lui fit naître un certain sourire aux coins des lèvres. Lui qui était censé travailler à cette heure-ci se faisait draguer ouvertement par sa nouvelle subordonnée qui ne semblait pas vraiment s’en faire quant au retour des flammes.

« En fait, quelque chose m’intrigue ; lieutenant-colonel … Comment se fait-il que vous puissiez transmuter sans cercle, après vos remarquables démonstrations ? » demanda alors le colonel, charmeur, en mettant son poing sur sa joue ; le coude sur le bureau. « Je connais en effet quelqu’un d’autre capable de faire cela … »

Ses intentions n’étaient pas bien claires. Mais en tout cas, il prenait un certain plaisir à faire entrer en doute la jeune femme. La douce colombe ; comme il avait décidé de l’appeler ; était toujours aussi rouge qu’une écrevisse. Non ; les pivoines sont beaucoup trop banales. Les tomates sont désobligeantes. Les écrevisses, c’était parfait. Il se rapprocha un peu de son oreille et coupa le suspens en pleine action :

« Je sais parfaitement ce que vous avez tentée de faire, lieutenant-colonel. Qui avez-vous tentée de ressusciter, blanche colombe peut-être pas si immaculée qu’elle en a l’air ? Et surtout … Qu’avez-vous perdu ? »

Roy s’amusa à respirer dans son cou, pour qu’elle sente bien son souffle, avant de se remettre à sa place et de prendre un air malicieux et de déclarer :

« En tout cas, avant de sauter sur le repas ; autant faire connaissance normalement, Earth Alchemist. Ensuite … Nous verrons bien. »

Roy lui envoya un de ses sourires dont il avait la spécialité et attendit patiemment une réponse de la jeune femme qui était tombée dans son panneau et qui allait bientôt savoir à quel genre d’homme elle avait à faire.

Revenir en haut Aller en bas
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Re: « Nouvelle subordonnée, bienvenue. » | PV : Nina Evans |   Lun 8 Aoû - 1:33

<< La femme idéale, pour l'homme, est une colombe qui a les qualités de la fourmi ; et l'homme idéal, pour la femme, est un lion avec la patience de l'agneau. >>
[Anonyme]

Nina remarqua que le colonel Roy Mustang jouait son jeu. Ou plutôt, qu’il n’était pas totalement honnête avec elle. Qu’il n’était nullement sensible à ses charmes, qui par ailleurs, étaient totalement inexistant. Elle avait chaud et puis ses joues avaient pris une teinte rouge. Nina se sentait tout simplement ridicule. Surtout que Roy était un homme tout ce qu’il y avait de plus beau. Elle porta sa main gauche, celle qui était en métal, à son visage. Elle était extrêmement embarrassée. Dire qu’elle allait travailler pour lui. Il fallait en effet, qu’elle apprenne à le connaître. Lorsque le colonel lui parla de sa démonstration, Nina releva brusquement la tête. Il avait rit en voyant le cœur. Ah ça n’était pas le moment de repenser à ça, elle s’était bien humiliée maintenant ça suffit. La jeune femme allait reprendre les choses en main, du moins ce qu’elle espérait. Comment avait-elle fait pour transmuter sans cercle… Quand le jeune homme lui parla d’une personne qu’il connaissait et qui avait elle aussi transmuter sans cercle, Nina fit tout de suite le rapprochement avec le FullMetal. Mais la belle ne comprit pas tout de suite. Elle le regarda d’un air interrogateur et penchant légèrement la tête, comme le faisait les chats. Il avait comprit. Nina avait tenter de ramener un mort à la vie. Comment le savait-il… Pourtant c’était évident. La transmutation sans cercle. La jeune femme se sentit frissonner en repensant à cette nuit là. Et quelle nuit effroyable lorsqu’elle avait sentit sa main se faire arracher. Lorsqu’elle avait vu la chose immonde qu’elle avait transmuter. La peur, la colère, le chagrin, le désespoir. Tout ses sentiments si bien enfoui, ressurgisse à la simple évocation de cette nuit là. Il l’avait appelée colombe. Mais la jeune femme savait qu’elle ne méritait pas le titre d’un oiseau aussi pur. Elle n’était pas une personne de bien. Nina avait fait du mal, elle avait braver ce qu’on pourrait appeler un interdit. La chaleur dans son ventre s’était éteinte, c’était maintenant un froid glaciale qui s’était engouffrer dans son corps. Elle sentit le souffle chaud de son colonel dans son cou, mais de toute manière elle ne pouvait pas être plus rouge que maintenant. Il reprit sa place et lui sourit. Nina le lui renvoya avec faiblesse. Elle se sentait complètement vide. Il connaissait son secret et n’hésiterait pas à s’en servir contre elle. La belle s’était fait avoir à son propre jeu. La jeune femme ne saisie pas le « ensuite, nous verrons bien » et d’ailleurs elle n’avait aucune envie de comprendre. Elle s’était fait damer le pion. Contre toute attente elle sentit des larmes embué ses yeux. Mais non, elle ne devait pas pleurer. Elle devait être forte. Après tout, c’était l’armée ici. Si elle voulait atteindre le post le plus gradé, il fallait qu’elle soit forte et que ses hommes aient confiance en elle. Il ne fallait aucun signe de faiblesse. La brune se leva et tourna le dos au colonel, elle essuya une larme, qu’elle destina à son défunt ami. Un air déterminé prit place à son expression de douleur et de tristesse. La partie n’était pas terminée. Certes, le colonel avait un temps d’avance sur elle, mais elle n’était pas vaincue pour autant. Elle allait se donner à fond. La belle se retourna, ses cheveux voletant derrière elle, elle posa ses mains sur le bureau d’un geste ferme.

-Je n’ai nullement l’intention de vous révéler mon passé en détail mon colonel. Et puis, rappelez vous en, la partie n’est pas finie.

Malgré tout, elle avait étalé ses intentions devant son supérieur avec un sous entendu. Elle reprit cet air enjoué qui lui allait si bien et qu’elle affichait à tout instant.

-Et puis si vous voulez faire connaissance, il faudrait le faire dans un endroit approprier. On pourrait toujours aller dîner, c’est moi qui paye ne vous en faites pas.

Chao Nina la séductrice, bonjour Nina l’amicale, la sociable, l’honnête et franche. Après tout, elle l’appréciait sincèrement. Autant essayer de devenir amis avec lui. Et elle pourrait toujours tenter d’en savoir plus sur lui, de reprendre du terrain, qui sait. Elle lui renvoyant un sourire éclatant cette fois ci en espérant qu’il ne décline pas son offre. Et puis Nina était persévérante, dîner ou pas, elle se rapprocherait de lui. Doucement cette fois ci.
Revenir en haut Aller en bas
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Re: « Nouvelle subordonnée, bienvenue. » | PV : Nina Evans |   Lun 8 Aoû - 10:26

Quel temps pourri ! TF1 m'avait même pas prévenu !

Roy sentait qu’il avait touché une corde sensible de la jeune femme et se félicita intérieurement de sa clairvoyance, mais remarqua également que sa colombe avait assez mal pris sa remarque. Lorsqu’il lui envoya son plus beau sourire ; elle ne lui répondit qu’assez faiblement. Le colonel se sentait un peu honteux de rappeler à sa nouvelle subordonnée la douleur qu’elle avait dû ressentir ce jour-là. Mais en même temps, pourquoi avoir essayé de se placer plus haut que Dieu lui-même, hein ? Après, ça ne tenait qu’à elle. Son sourire se défit de son visage aussi facilement qu’il était venu. Son regard se durcit un peu plus.

« Je n’ai nullement l’intention de vous révéler mon passé en détail, mon colonel. » dit-elle en abattant brusquement ses mains sur son bureau, déjà un peu moins rouge écrevisse qu’avant.

Oui, ça, il avait bien compris. Il resta silencieux, tout en soupirant et fermant les yeux un court instant.

« Et puis, rappelez-vous, la partie n’est pas finie. » termina-t-elle en le regardant bien en face.

Il plongea son regard d’onyx dans celui de perle grise de la jeune femme. Elle faisait un superbe sous-entendu dont il ne comprenait pas le sens. La partie ne fait que commencée, qu’elle disait, la colombe … Très bien … Mais quel était son but ? Et la forme de politesse, dans tout ça ? Le colonel tiqua un peu dessus.

« Earth Alchemist … Lieutenant-colonel … A l’avenir ; évitez ces avances, surtout dans mon lieu de travail. De plus ; je suis votre supérieur hiérarchique. Vous ne sentez pas qu’il y a un petit problème ? » demanda-t-il malgré l’air enjoué de la jeune femme.

En effet, c’était bien des manières à parler avec son supérieur. C’était bien la première fois qu’on lui faisait autant de familiarités sur son lieu de travail ; avec une personne qu’il venait tout juste de rencontrer, de surcroit. Bon ; ça ne voulait pas dire qu’il refusait les avances. Mais disons … Qu’il souhaitait plus de discrétion de la part de l’Earth Alchemist.

« Et puis si vous voulez faire connaissance, il faudrait le faire dans un endroit approprié. On pourrait toujours allez dîner. C’est moi qui paye, ne vous en faite pas. »

Ah la la … Roy ne comprenait pas pourquoi la jeune alchimiste s’acharnait à entrer en relation avec lui. Ses sentiments étaient-ils sincères, comparé à ce qu’elle laissait percevoir au colonel ? Lui ; il n’en savait absolument rien. Il allait bien voir, à ce fameux … Dîner. Il prit un temps de réflexion. Roy pensait qu’accepter serait une bonne idée. Mais refuser également. Se rapprocher de lui était certes une chose de simple ; mais après, si on faisait une gaffe qui allait beaucoup le décevoir … Il y avait un certain retour de flamme.

« Disons que j’hésite un peu. Mais si c’est une jeune femme qui paye ; je ne suis sûrement pas contre. » déclara-t-il calmement, se redressant correctement dans son siège de cuir bien noir. « Earth Alchemist. J’accepte ce dîner avec plaisir. »

Avec un certain plaisir, disons. Non seulement il allait pouvoir voir comment la jeune femme se comportait en lieu publique ; mais en plus, il prendrait un peu plus l’air ce soir-là. Mais à quel restaurant ? N’y voyez rien de personnel, Roy n’avait aucunes préférences.

« J’espère seulement, lieutenant-colonel, que vous connaissez un bon restaurant dans lequel m’emmener. » sourit-il une nouvelle fois à la jeune femme.

Au fond de lui, il s’en voulait d’accepter aussi facilement. Il ne sut pas vraiment de quoi il avait peur, en fait. Mais la méfiance lui nouait les entrailles ; si bien que son sourire n’avait pas été aussi … Certain que ça. Et pour finir de bien l’enfoncer, sa méfiance était visible dans son regard ; à sa grande surprise.

Revenir en haut Aller en bas
I `m « Contenu sponsorisé »
&




MessageSujet: Re: « Nouvelle subordonnée, bienvenue. » | PV : Nina Evans |   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Nouvelle subordonnée, bienvenue. » | PV : Nina Evans |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petite nouvelle, sois la bienvenue à Terrae !
» Bienvenue dans votre nouvelle demeure
» Bienvenue à notre nouvelle modératrice
» Petite nouvelle du Renard
» Bienvenue à Pierre Raymond!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FullMetal Alchemist RPG : Power of Alchemy ::  :: » archives :: Rp Terminés-