Une légende, un seul but. Un but très précis : atteindre la Pierre Philosophale.
 

Partagez | .
 

 Rouge sur blanc ; Sol Minor, la plus belle des symphonies.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Rouge sur blanc ; Sol Minor, la plus belle des symphonies.   Jeu 30 Déc - 13:49

    I D E N T I T Y ▪ C A R D



      :: V o t r e ▪ P e r s o n n a g e ::


    N o m ::
    Minor
    P r é n o m ::
    Sol
    S u r n o m :: ( OPTIONNEL )
    Fog Alchemist ; la Diva Blanche ;
    Â g e ::
    Vingt ans
    R a n g :: ( Alchimiste d'état, Homonculus, Civil.... )
    Alchimiste _ Raie manta
    R ô l e :: ( OPTIONNEL . Décrivez quels pourraient être ses ambitions dans le RP, etc. )
    Tuer tous ces monstres qui ont tué les Ishbals, à savoir les alchimistes d'État et les militaires ;


      :: D e s c r i p t i o n s ::



    P h y s i q u e :: ( 7 lignes minimum . )


    Si ce n'était sa manière de parler des plus folles, So Minor a tout d'une Aphrodite et d'une charmante personne. Sol. C'est drôle de décrire Sol car, dans toutes ses manières, même celle de sourciller, sa démarche, la façon dont ses cheveux fous blanc s'agitent au vent, on jurerait qu'il s'agit d'une jeune fille charmante, voire facile. Qu'est-ce qu'une fille, et qu'est-ce qu'un garçon ? On peut être certain que Sol n'est pas un garçon, en tout cas. Premier regard perçant pour le savoir : la poitrine... Vous ne pourrez renier que celle-ci...est bien présente. Donc, son visage : oui, les garçons, vous avez bien compris, nous passons au visage alors, arrêtez de lui mater les nibards ! Une peau fine qui n'a pas de mal à se hâler lorsque le Soleil tape, pas trop fragile et bien résistante aux coups. Un cou élancé, des lèvres rouges, et des yeux. A-t-on déjà vu pareils yeux ? De splendides iris noires, du moins le premier car le deuxième est engloutie par ce noir nuit, privé de toute vision de cette réalité infâme qu'observe l'œil gauche. On dit qu'il se met à briller d'une étoile lorsque la demoiselle se met à utiliser l'alchimie, mais ce n'est qu'une rumeur. Et puis, il y a ce sourire, un sourire que l'on pourrait croire gentil mais...attention. C'est plus un sourire de menthe religieuse qu'autre chose car n'oublions pas que la bête est tout de même une ninja et qu'elle est plus féroce que tout autre vulgaire samurai que vous pourriez trouver au coin de la rue. Un drôle de caractère, c'est sûr également, mais aussi un drôle de physique. C'est sûr que vous ne croiserez pas souvent une femme qui s'habille de manière aussi...déshabillée de tout Amestris ! Sa façon de s'habiller est en effet plus qu'ambigüe : vous pourrez penser qu'elle est facile, que vous pouvez toucher ses lèvres et l'emmener chez vous mais...non. Garde à vous, ceci serait une erreur des plus graves, bien des hommes s'y sont essayés et nombreux ne sont plus ici pour le dire. Trompeuse et maligne, de plus ! La couleur blanche de ses cheveux est bien évidemment factice et sert plus à impressionner son ennemi qu'autre chose. Originellement, elle n'était que brune. Notez également qu'elle est pourvue d'une fine musculature qui lui permet de faire bien des tours à sa manière, malgré une forte angoisse de sa part à faire la roue, mais ceci est une autre histoire...



    C a r a c t è r e :: ( 7 lignes minimum . )


    Sol est et n'est pas. Tuer fait partie de ses occupations primaires. Ô, Drôle d'occupation pour une nana qui se trimbale les seins presque à l'air. Oui, Sol est aussi insensible qu'un artichaut, peut-être même moins qu'un hippopotame ! Elle est sadique, aime le goût du sang, raconte n'importe quoi à qui veut l'entendre, fait des blagues débiles et est friande de bandes dessinées obscènes telles que celles que l'on peut parfois trouver sur le marché. Mais au moins, il est fidèle à son chef, du moins lorsque celui-ci était encore en vie et même si la jeune fille prétend l'être uniquement parce que celui-ci lui donne le droit de tuer parfaitement légalement, il l'admirait tout de même au plus haut degré et a mis des mois à faire son deuil, laissant sur son chemin multitude de cadavres de ceux qui ont cru bon de la chercher.
    Tel un Dexter des temps anciens ou bien un chasseur de primes, ceux que Sol extermine sont avant tout d'infâmes criminels, ceux que les autres alchimistes de son maître n'arrivent à attraper, les plus malins, les plus infâmes. Il y a également d'autres cas : les criminels cachés par le gouvernement, ceux qui ont fait la guerre d'Ishbal. Sol les exterminera tous, ces alchimistes qui se croient tous permis juste grâce à leur suffixe « d'État » et recherche également activement les caporaux, colonels qui ne se sont que trop distingués pendant la guerre. C'est vital pour elle : elle doit le faire, sinon, son petit monde de santé mentale fragile s'évaporera.
    Alors ne nous étonnons point trop que la presque albinos soit devenu comme cela si elle veut en choper quelques uns : qui se ressemble ça semble. Mais tout n'est pas parfait, chez elle, loin de là. Ayant tendance à faire un peu trop de zèle, elle est devenue dangereuse pour tout ce qui bouge, et ne manque d'être surveillée par quelques espions, c'est du moins son intuition. On raconte que quelques uns de ses sanglants massacres sont parvenus à l'oreille du tout puissant King Bradley lui-même. Car Minor n'est vraiment pas discrète, lorsqu'elle tue. Elle avoue elle-même aimer torturer ses victimes durant de longues et longues heures, à l'aide de sa propre alchimie, avant de les surprendre par les orteils et les enduire de sucre pour que les fourmis dévorent la pauvre victime.


    P a r t i c u l a r i t é ( s ) :: ( Physique ? Piercings, tatoo, ... Caractère ? Très grande mémoire, amnésique, psychopathe, masochiste, etc. )
    Très rancunière, perverse, un œil totalement noir et aveugle, une marque, juste pour faire style, au front ;

      :: H i s t o i r e ::


    « Tu es réveillée? »

    Une voix amicale se fait entendre aux oreilles de la petite fille. Nous l'appellerons comme cela car la petite fille n'a pas de nom, pas encore, pas plus qu'elle n'a de souvenirs de sa précédente vie. Elle ouvre ses yeux et constate qu’elle est allongée sur une matière dure, froide. De la roche, entend-elle sa tête lui dire. Elle voit la tête d’un homme : il a les cheveux bruns, une paire de ce que son esprit lui souffle à nouveau : lunettes, mais ne paraît pas si âgé que cela : la trentaine, environ, lui dit encore son esprit. L’Homme prend une nouvelle fois la parole, et lui révèle le nom qu'elle portera pour le reste de sa vie : Sol Minor. Il lui fait ensuite des confidences, un air assez triste collé sur son visage. Il lui raconte le début de sa vie, il lui révèle qu'il aime la musique et le son du piano. Alors, ce sera pour cet instrument des plus sublimes qu'elle jouera une valse mortelle.
    Sol ne se pose pas de questions. Pas encore et elle ne s'en posera jamais de sa vie. Elle considérera toujours cet homme comme étant son père : de ses origines, elle ne sait rien, elle pensera juste lorsqu'elle se regardera dans le miroir qu'elle est bien trop banale pour ce père à la peau mat et ses ambitions machiavéliques.

    Une bombe explosa non loin de là, les faisant sursauter tous les deux.

    L’Homme regarde la fillette qui vient de s’éveiller. De toutes ses créations, c’est la plus réussie. Mignonne, intelligente, personne ne pourra deviner sa véritable nature, tout le monde pensera : « Ah! Elle est comme ça, ce doit être son caractère! » Cette enfant, il l'a enlevée à ses parents et a du lui faire un lavage de cerveau. Il est fier de lui, et lorsqu'il observe le regard que lui porte la nouvellement baptisée « Sol », il se dit qu'il ne regrette pas son geste. Pour un peu, il s'attacherait à elle. Maintenant, son arme contre Amestris est prête, et est apte à servir, au grand bonheur des siens, malgré le fait que sa secte soit cachée. Presque tout le monde est mort, plus personne ne reconnaît son organisation, celle du Chaos. Et pourtant, bientôt, il démontrera à ces monstres d'Amestris que les Ishbals n'ont pas dit leur dernier mot. Elle exécutera les basses besognes, hautes, toutes enfin, et, lorsque l’on n’aura plus besoin d’elle, elle mènera sa vie comme il l’a choisi. L’Homme lui donne un vêtement, que la jeune fille enfile aussitôt, léger, mais elle ne paraît pas ressentir le froid. Il invente ensuite une histoire. Cette enfant aurait eu un accident, c’est ça, un accident, qui lui aurait fait perdre la mémoire.


    Une enfant se promène, désoeuvrée sur le champ de bataille : elle ne sait pas qui elle est. Personne ne peut lui dire qui elle est. Ses cheveux, désormais blanc, flotte au-dessus de sa tête comme si un antique sortilège les maintenait comme cela. Elle rêve, en partie. Ramasse les objets appartenant aux soldats damnés qu'elle trouve, puis, se souvient de son père, de cet Ishbal qu'elle aime si fort. Sol revient à la maison.

    Durant son enfance, Sol se plongera dans toutes sortes de lectures, entre deux bombes et trois grenades tombant non loin de là. L'abri est sous-terrain alors, l'Ishbal, son père, lui a dit de ne pas les craindre, ceux, là-bas, qui leur veulent du mal. Il lui dit qu'ils ne sont que des assassins, qu'ils ont aussi tué sa mère. Alors, Sol les hait comme elle n'a jamais haï personne, elle se dit qu'elle les décimera tous. Son père lui a donné de drôles de livres sur l'alchimie, alors, elle s'entraîne. Ce sont des bouquins rares, ils lui permettraient soit-disant de maîtriser le brouillard. Elle s'exerce, trace tellement de pentacle que ses doigts deviennent usés par la craie et ses yeux perdent des dixièmes, à force d'être sollicités pour lire ces minuscules lignes.

    Enfin, elle y arrive : elle doit bien avoir quinze ans, la guerre est terminée et les ravages dans le pays sont grands. On raconte que les Ishbals ont disparu mais elle, sait qu'il s'agit d'un mensonge : tant que son cher père est encore en vie, personne n'aura disparu.

    Amour.

    Un matin de janvier, l'Ishbal s'écroule, toussant du sang. Son regard se concentre deux secondes sur sa création pour enfin se ternir, et devenir cadavre.
    La respiration de Sol se bloque deux secondes. Il...quoi ? Non, pourquoi il ressemble autant à ces gens qu'elle a croisé sur les champs de bataille ? Il ne peut pas être mort, ce n'est pas possible ! Son père à elle est immortelle ! Mais...Attendez ! C'est peut-être pour cela qu'il lui a demandé d'apprendre l'alchimie ! Car la science des savants permet de tout créer même...des êtres humains ! Elle va lui redonner vie, à lui, à lui qui l'a adoptée et aimée. Elle va lui prouver que les fruits de son amour n'ont pas servi à rien et qu'elle...est douée !

    Elle consulte à toute vitesse un des livres qu'elle a lu il n'y a pas si longtemps. L'être humain, l'être humain...est composé de ces matières ! Et ainsi, la jeune fille essaya de le faire revivre.

    Cruelle erreur. Elle se retrouva dans un monde totalement blanc, en compagnie d'un être qu'elle n'aurait pu qualifier d'aucun nom.

    « Que donnes-tu ? »

    « Mon oeil ! J'en ai deux, je vous donne un oeil, ainsi vous pourrez voir le monde ! »

    Sol Minor fut rejetée brusquement de ce drôle de monde, la vue embrouillée et quelque chose de chaud coulant sur son visage. Elle avait du mal à respirer, ses mains du mal à bouger et de ses yeux, l'un deux ne voyait plus rien qu'une masse noire informe. Que...lui arrivait-il ? À l'aide de son unique oeil, elle parvient tout de même à distinguer une chose horrible, quelque chose à la place de son père. Monstrueux. Informe. Des larmes apparurent sur sa jolie figure.

    Elle cria.

    Claquant des mains et les appliquant sur le sol comme par réflexe.

    L'enfant sauvage ne s'en rendit pas compte, mais le sol avait bougé. Une masse transparente s'épandit autour de la masse noire. Un cri lointain, presque perdu, éleva et tout redevint à la normale. So Minor tombant, inerte, sur le sol.


    Cinq ans plus tard :

    Elle n'avait pas guéri. Elle jurait toujours de venger ce père qui avait été victime, pensait-elle comme celui-ci lui avait enseigné, de la malédiction d'Amestris. Elle tuerait tous les alchimistes d'État et les Monstres militaires d'Ishbal, un par un.

    D'un pas leste, elle se dirigea vers une ruelle des plus obscures de la capitale d'Amestris, en laissant derrière elle une traînée de brouillard et le sang d'un officier sur les murs.


      :: V o u s ::


    P s e u d o . o u . p r é n o m ::
    Mellow, Marion ;
    Â g e ::: ( Facultatif )
    19 ans ;
    C o m m e n t . a v e z - v o u s . t r o u v é . l e . f o r u m ? :::
    Le nain, la réponse vous suffit-elle ?
    S o n . d e s i g n ? ::
    C'est très moche c'est pour ça que je me suis inscrit ! (non mais sans rire, Ed, tu sais très bien que j'adore èé)
    D e s . c h o s e s . à . a m é l i o r e r ? ::
    Offrir du lait à Ed ?
    R è g l e m e n t ::
    Ok' By Ed'. Oui, c'est vrai, c'est d'ailleurs pour ça que je veux tous les trucider. huhuhu. --> La ferme ! é_è
Revenir en haut Aller en bas
I `m « Edward Elric »
& FullMetal Admin

avatar


Messages : 480
Date d'inscription : 17/12/2010
Age : 21
Localisation : Vagabondant à la recherche d'un corps et de deux membres.

« Feuille d'expérience »
Force:
99/196  (99/196)
Endurence:
46/196  (46/196)
Habilité:
51/196  (51/196)

MessageSujet: Re: Rouge sur blanc ; Sol Minor, la plus belle des symphonies.   Jeu 30 Déc - 14:17

    Bonjour...

    J'ai très peur... xD Tu as mon accord pour la validation, même si franchement, ta fiche laisse à désirer... Very Happy Blaguuue ! Elle déchire !! Même si je veux pas mourir. Mais bon, je te tuerai avant que tu ais le temps de m'apercevoir ! : D

    Maintenant, quand Morticia aura donné son accord, tu m'appartiendras ! Muhahaha
    Bon jeu. .___.

_________________



« Cette nuit-là, j'ai appris que la valeur de certaines choses ne se mesurait pas sur une simple balance. »

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pow-of-alchemy.forumgratuit.org
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Re: Rouge sur blanc ; Sol Minor, la plus belle des symphonies.   Jeu 30 Déc - 14:18

    Sale nain.
    Bwahaha ! Je blague aussi ! 8DDD /sbamm
Revenir en haut Aller en bas
I `m « Edward Elric »
& FullMetal Admin

avatar


Messages : 480
Date d'inscription : 17/12/2010
Age : 21
Localisation : Vagabondant à la recherche d'un corps et de deux membres.

« Feuille d'expérience »
Force:
99/196  (99/196)
Endurence:
46/196  (46/196)
Habilité:
51/196  (51/196)

MessageSujet: Re: Rouge sur blanc ; Sol Minor, la plus belle des symphonies.   Ven 31 Déc - 11:55

    Bon, ne laissons pas trop longtemps durer le suspense. Je te valide. Wink

_________________



« Cette nuit-là, j'ai appris que la valeur de certaines choses ne se mesurait pas sur une simple balance. »

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pow-of-alchemy.forumgratuit.org
I `m « Contenu sponsorisé »
&




MessageSujet: Re: Rouge sur blanc ; Sol Minor, la plus belle des symphonies.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rouge sur blanc ; Sol Minor, la plus belle des symphonies.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [WIP] Blood Axes - Les peaux rouge du Desert !
» Croix Rouge Haïtienne ou à l'haïtienne? La descente aux enfers.
» Carton rouge...
» BELLE TAPISSERIE
» Bouge ton boule, c'est pour moi qu'on déroule le tapis rouge... >>Libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FullMetal Alchemist RPG : Power of Alchemy ::  :: » qui es-tu ? :: Alchimistes-