Une légende, un seul but. Un but très précis : atteindre la Pierre Philosophale.
 

Partagez | .
 

 Symphonie en Sol Mineur ; prions pour qu'il ne s'agisse pas d'un requiem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Symphonie en Sol Mineur ; prions pour qu'il ne s'agisse pas d'un requiem   Sam 1 Jan - 16:43


    La jeune fille lève un regard emprunt de ce qui peut ressembler à de la haine au bâtiment. Là-bas, les gens qu'elle cherche sous par centaines. Au fond d'elle-même, elle sait que le massacre qu'elle veut engendrer n'est possible. Qu'ils sont beaucoup trop nombreux, que c'est franchement impossible. Mais elle ne veut abandonner : c'est peut-être beaucoup trop pour la presque nymphe qui hante ces ruelles. Abandonner serait reconnaître la mort de son père, son échec face à la créature qui lui a fait face dans le drôle de monde et Sol n'est pas quelqu'un qui reconnaît ses échecs. Tout à l'heure, elle a croisé quelqu'un en uniforme d'alchimiste d'État. Le confrontation a été brève, trop, même. Elle a été étonnée de voir avec quelle vitesse elle avait réussi à reprendre l'avantage. L'individu ne s'était presque pas défendu, il avait vaguement crié, mais c'était tout. Après sa mort, Sol Minor s'était penchée de plus près sur le bonhomme au nez crochu et au regard vague et avait cherché la montre qui appartient aux Alchimistes d'État : cette fameuse montre. Elle ne savait pas vraiment pourquoi, mais elle sentait qu'elle avait besoin d'un preuve : elle avait vaincu cet homme tellement facilement qu'elle voulait une preuve tangible du fait qu'il était bien alchimiste.

    Elle n'avait rien trouvé et c'était bien pour cela que ses mains tremblaient, actuellement. En tuant quelqu'un qui se faisait passer pour un alchimiste, qui criait par monts et par vaux cette qualité, elle était devenue une meurtrière, pire peut-être que les tueurs d'Ishbals. Non. Elle, elle n'avait tué qu'une seule petite fois. Le sang ne l'avait salie qu'une unique fois tandis que les meurtriers de la dernière guerre pouvaient se reprocher d'avoir le sang de tout un peuple sur les mains. Sa dernière proie servirait de leçon ; et apprendrait aux futiles imbéciles à ce pas chercher à imiter ces crétins d'Alchimistes d'État.

    Face au bâtiment principal du QG de Central City, la jeune femme s'assit. Il faisait encore beau, pour un Hiver. De toute façon, il pouvait faire très froid sans qu'elle ne ressente quelque chose : depuis que Sol était passée dans ce drôle de monde, comme elle le désignait, elle ressentait beaucoup moins de choses, en plus de ne voir que d'un seul œil. Parfois, lorsqu'elle se faisait blesser, il arrivait qu'un étranger lui fasse remarquer qu'elle était blessée pour qu'elle pense enfin à arrêter le sang qui coulait de la plaie. Et le phénomène s'aggravait d'années en années. Elle se demandait jusqu'à quelle extrémité il la conduirait.

    Elle avait trouvé refuge dans un coin sombre entre deux ruelles. Le mieux pour guetter ce qui se passait, en face d'elle : les sorties, les venues. Elle savait que les alchimistes d'État étaient régulièrement convoqués chez le Générallissime King Bradley, et elle les attendait de pied ferme à leur sortie. Mais aucun poisson n'avait mordu à son appât, pour l'instant. Sol se demandait pourquoi, étant donné que l'idée était bonne.

    « Toi. »

    Une voix douce sort de sa gorge, tout le contraire de la violence dont elle a fait preuve pour tuer le jeune incapable, tout à l'heure. Il n'y a personne, elle le sait très bien. Lorsqu'elle dit toi, c'est juste qu'une envie effrénée la prend d'utiliser l'alchimie. De prendre la part de brouillard, de gris qui est en chaque élément. D'ailleurs, les personnes qui ont découvert ses meurtres ont sûrement pu apercevoir des murs impeccablement blancs tout autour d'eux : c'est normal, son alchimie volant toutes les couleurs qui l'entourent. Normalement, cette magie n'a de défaut : il y a toujours des pigments quelque part, et si ce n'est là, ce serait forcément un peu plus lui. Mais il y a un mauvais côté, quelque chose qu'elle doit éviter de faire : combattre trop longtemps. De part son passage à travers les mondes, elle a perdu ce qu'elle avait gagné d'endurance. La perte de l'oeil avait bien semblé minime par rapport à ce qu'elle avait demandé, il fallait bien que l'être se serve. D'autre part, Sol se refuse à prendre les couleurs trop pour une seule question de respect et de discrétion. Il n'est en effet pas bon de montrer ouvertement qu'un combat se déroule, surtout si il s'agit d'un meurtre.

    Soudain, bruits de pas. La jeune fille se mord les lèvres. Non, il n'y avait personne. Qui est là ?

    « Qui est là ? »
Revenir en haut Aller en bas
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Re: Symphonie en Sol Mineur ; prions pour qu'il ne s'agisse pas d'un requiem   Mer 23 Fév - 17:08

    Le ciel était sombre, les rues étaient silencieuses... Trop, même... Et c'est ce silence que l'on trouve parfois trop parfait qui mène à des évènements lugubres.

    Roy venait de finir une rude journée : boucler, encore et toujours des dossiers, de la paperasse ennuyeuse ; ce bruit monotone qui vous plonge dans un état second d'exaspération... Surtout que lui... Lui, il préférait ne rien faire, rester là, laisser ses subordonnés en plan afin de trier ces papiers et se faire tancer par sa lieutenante, Riza Hawkeye. Cette pensée lui arracha un sourire ironique. Il marchait dans les rues de Central, pensif, son esprit voguant bien au-delà de la limite du champ de vision de ses yeux. Il réfléchissait à ce qui se passait en ce moment : on retrouvait des cadavres d'Alchimistes d'Etat un peu partout et cela l'embêtait : plus le tueur faisait des morts, plus les effectifs baissaient. Du coup, l'Armée perdait un grand nombre de soldats en peu de temps, faisant alors baisser leur réputation. Des rumeurs allaient sûrement se répendrent, dans le genre : "L'armée n'est pas capable de protéger ses membres !"... C'était un casse-tête, que Roy voulait résoudre afin d'éviter trop de perte. Son esprit divergea vers les frères Elric. Mais vues qu'ils étaient en vadrouille, ils ne couraient pas vraiment de risques, sauf s'ils revenaient à Central. Mais Roy pensait que le meurtrier en avait déjà entendu parlé...

    A tout les coups, oui.

    Un cri l'alerta. Il se retourna vivement, les sourcils froncés. Pour en avoir autant entendu pendant Ishbal, il devinait que c'était un cri d'agonie... Un autre hurlement suivi, mais d'horreur, cette fois-ci. Il venait de quelques rues plus loin. Le colonel se dirigea vers l'endroit, en courant, les dents serrés : un meurtre. Il ne voyait que ça. Ca lui mettait la puce à l'oreille. Il faillit trébucher aux alentours de l'endroit concerné. Donc, si il récapitulait bien, lui aussi, il risquait sa peau en traînant dans le coin. Mais bon, autant se mettre en proie de choix au lieu de ne rien faire. Le Flame Alchemist voulait capturer le criminel et le coller sous les barreaux, mais quelques chose lui disait que ça n'allait pas être si simple...

    Quand il arriva sur les lieux, un civil était devant un cadavre. Bingo, c'était un militaire. Cette perspective n'enchantait guère Roy, qui se crispa à la vue du cadavre.

    -Madame...

    Il ne savait comment lui soustraire la vue du mort, qui gisait dans une grosse mare de sang...

    -Vous devriez quitter les lieux... Mais avant tout, pouvez-vous appeler les forces de l'ordre, si vous êtes en état ? Dites-leur que c'est le Flame Alchemist qui leur demande de l'aide... demanda-t-il avec douceur. Je suis désolé...

    Quel imbécile. Il s'excusait, comme... comme... un imbécile. Surtout que ce qu'il venait de demander ne se faisait pas... Il se tourna et fila dans la première rue qu'il croisa en s'insultant intérieurement. Mustang s'arrêta soudainement pour écouter. Il avait entendu un "Toi". Etrange. Surtout que c'était la voix d'une jeune femme. Il se dirigea vers la voix. Il fit cependant un peu trop de bruit, se prenant une poubelle dans le pied, la faisant alors tomber. La benne à ordures déversa ses déchets un peu partout.

    -Qui est là ?

    Mustang savait qu'il était foutu s'il restait caché et apparu au grand jour.

    -J'allais vous poser la même question... fit-il avec un regard dur, sévère -même-.


| Petit, mais les débuts sont toujours difficiles, comme on dit =] |



Revenir en haut Aller en bas
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Re: Symphonie en Sol Mineur ; prions pour qu'il ne s'agisse pas d'un requiem   Mer 23 Fév - 17:49


    Sol se tint soudainement l'oeil, sentant une douleur l'élancer. Elle serra des dents, effrayée à l'idée que quelque chose ne se passe pas comme prévu : quelle était donc cette impression de futur raté ? La jeune femme avala de travers, angoissée à l'idée que les pouvoirs que lui avait donné l'être derrière la porte puisse soudainement ne plus marcher. Un type avait été pris à son piège. Il avait tranquillement, et, d'un air sévère, répondu à sa question. Qui était-elle ? L'autre était vêtu d'un uniforme de l'armée d'Amestris, elle ne le connaissait pas encore et devait se renseigner sur lui. Il avait détourné sa question mais si Sol y répondait, dirait-il la vérité ?


    Elle ne comptait pas mentir, détestant toutes les personnes qui mentaient et jouaient un rôle. Elle était essoufflée, et si l'autre l'attaquait, elle ne voyait pas vraiment comment elle pourrait se défendre efficacement. Elle n'aurait pas dû tuer, aujourd'hui, et encore moins avoir l'idée de se cacher dans cette ruelle-là, déserte, trop étroite pour lui donner le loisir de s'échapper à souhait, à elle comme pour sa proie. Elle avait eu, certes, une très bonne idée, mais la promiscuité avec le soldat qui s'était engagé dans la ruelle allait plutôt l'handicaper, surtout qu'elle ne savait pas du tout si oui ou non il était alchimiste, ou encore, si oui ou non il était coupable du crime dont elle l'accusait. En tout cas, même si elle avait très peu d'estimation en ce qui concernait la beauté (ou l'inverse), des garçons qui l'entourait, son visage ne la laissait pas indifférente. Un nez droite, des yeux qui ne laissaient trahir aucun regret. Cet homme semblait véritablement être un bon homme, assez beau, et si elle l'avait rencontré plus tôt, peut-être que la jeune fille serait restée sur le bon chemin.

    « On m'appelle Sol Minor. »

    Elle tenta de cacher sur oeil noir à l'aide d'une mèche de cheveux. Celui-ci lui faisait mal et l'alchimiste ne voulait pas que cet homme puisse se douter que quelque chose clochait chez elle. Cette douleur était d'ailleurs étrange : voilà bien longtemps que la douleur lui avait été retirée, elle n'était plus habituée à ressentir ce trouble. Il la maintenait presque éveillée. Pour une fois qu'elle trouvait un homme beau, même si c'était un soldat, c'était dommage. Elle lança un regard, un peu plus loin, sur la benne à ordures que l'homme avait fait renversé. Était-il réellement maladroit ou était-ce juste une manière d'entrer en scène ? Sol était méfiante, mais elle avait ses raisons, surtout depuis qu'elle avait commis ces quelques meurtres. Ce qui la dérangeait, c'est que l'homme était un soldat. Elle allait donc devoir le tuer : voir sa cervelle exploser sous l'assaut d'une fine brume qui se glissait dans son nez, rendant la ruelle parfaitement décolorée.

    Elle claque des mains, l'être derrière la porte lui ayant épargné de devoir tracer un cercle invocateur.

    Mais rien ne se passe. Au contraire, son oeil lui fait encore plus mal et la force à poser un genou à taire. Elle gémit, se demandant pourquoi son art ne marche plus. Pourquoi tout n'est pas devenu blanc ? Aurait-elle poussé ses limites un tout petit peu trop loin ?

    « J'ai..mal... »
Revenir en haut Aller en bas
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Re: Symphonie en Sol Mineur ; prions pour qu'il ne s'agisse pas d'un requiem   Mer 23 Fév - 19:31

    -On m'appelle Sol Minor.

    C'était marrant, ça... Sol Minor. Roy grava ce nom dans sa mémoire. La jeune femme était très légèrement vêtue pour un soir d'hiver, quand même... Mustang mit ses gants, presque menaçant. Cette fille lui paraissait louche, très louche ; même. Et ses longs cheveux blancs ne lui disait qu'un seul mot : " méfiance ". Il ne savait franchement pas pourquoi ça lui venait à l'esprit, rien qu'en regardant les cheveux de l'autre... Lui, on pouvait clairement le décrire en " Casanova ", mais bon, là, c'était pas en regardant les cheveux qu'on pouvait le deviner... Contre toute attente, la demoiselle joignit ses mains, comme si elle priait. Il serra les dents en comprenant : cette fille... Rien qu'en faisant ce geste... Il comprit : elle avait ouvert la Porte de la Vérité ! Mustang serra les poings. Visiblement, la jeune femme s'attendait à quelque chose et parue déçu que ça ne marche pas. Bizarrement, elle gémit.

    -J'ai..mal.. dit-elle simplement en posant un genou à terre.

    Elle avait ouvert la porte... Le colonel, ahuri, ne savait que faire...

    Elle avait vue la Vérité ! Cette phrase résonna étrangement dans son esprit et Roy reprit alors la maîtrise de son esprit. Roy lui demanda alors, quelque peu radoucit :


    -Qui avez-vous tenté de faire revivre ?... Qui ?

    Sa voix était percée d'une certaine nuance de douceur. Il ne voulait pas la brusquer. Il s'accroupit en face d'elle, la regarda droit dans les yeux, nullement intéressé par cette paire de poitrine qui aurait normalement dû lui sauter aux yeux. Mais bon, c'était un sacré tombeur, mais tout de même, il avait des limites. Et comme il le disait toujours, il préférait les belles cuisses. Bref, ne nous égarons pas... Le cadavre lui revint en mémoire et son regard redevint dur. Son noir profond d'onyx du fond de ses prunelles posait une question silencieuse, qu'il refoula. Tout d'abord, il voulait la réponse à sa question. Mais un souvenir fusa dans sa mémoire : la nuit où le Fullmetal et son frère avait voulu faire revivre leur mère. Il secoua la tête sans raison apparente. Il se redressa, lui tourna le dos, regarda le haut du lampadaire en essayant de retenir ce souvenir. C'était franchement pas le moment... Finalement, la bride de rêve éveillé repartit là d'où elle venait, cessant de le tourmenter, pour le moment.

    -D'où venez-vous ? lâcha-t-il sans se retourner. Je sais que ça fait plusieurs questions, mais... J'aimerais que vous y répondiez. Ensuite, je répondrais aux vôtre.

    Roy fit une nouvelle fois volte-face vers elle, mit ses mains dans ses poches et attendit simplement la réponse, des brides de souvenirs fusant quelque part dans son esprit. Le colonel savait que les réponses allaient être délicates et c'est pour cela qu'il souhaitait qu'elle prenne tout son temps. Il avait toute sa vie devant lui, alors un minute de plus ou de moins, où était la différence ?
Revenir en haut Aller en bas
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Re: Symphonie en Sol Mineur ; prions pour qu'il ne s'agisse pas d'un requiem   Ven 25 Fév - 14:15


    Elle ne devait pas mentir, non, elle ne devait pas mentir. Mais l'autre paraissait avoir compris pourquoi elle avait fait ce geste : Sol en déduisit alors qu'il devait bien connaître l'alchimie voire être un alchimie d'État, puisqu'il était dans l'uniforme de l'armée. Elle ne mentirait certes pas, il ne fallait pas trop pousser, non plus, elle n'allait pas révéler toute sa vie ! Elle secoua alors la tête, se rappelant de ce qui s'était passé, de son père qui avait toujours rêvé d'en finir avec Amestris. Il s'en trouvait un devant elle et elle ne pouvait le tuer avec son alchimie : ce n'était pas juste. Elle contestait le destin, par dessus tout, elle désirait tuer ce alchimiste qui, si cela se trouvait, avait été à Ishbal pendant le massacre. Tandis que Roy s'avançait pas à pas vers elle, la jeune fille reculait, à genoux, comme un petit animal sauvage. Elle n'avait pas non plus reçu une éducation d'un niveau particulièrement haut, alors on allait lui pardonner. Elle secoua la tête, lui montrant alors explicitement qu'elle refusait de lui répondre : son jardin secret, elle tenait à le garder fermé, et puis cet homme ne méritait pas de le connaître, combien même il avait fait battre son coeur un petit peu plus fort, au début.

    « Ishbal. »

    Une simple réponse, bien des significations. Elle n'avait ni les yeux rouges ni le teint foncé d'Ishbal, mais l'homme qui l'avait recueillie était un de ses habitants exterminés. Elle tuerait tous ceux qui avaient causé la situation dans laquelle elle était présentement, afin de se venger, tout simplement. C'était puéril mais c'était la seule manière qu'on lui avait appris à penser. L'Ishbal, en effet, ne lui avait jamais appris à jouer, ou à aimer. Il ne lui enseigna que ce sentiment détestable envers le peuple d'Amestris et ses assassins : la haine.

    Elle avala durement sa salive, puis, sentit quelque chose revenir en elle. Le fait qu'elle ait dit d'où elle venait l'avait libérée d'un grand poids et l'homme allait sans doute comprendre dans la seconde qui venait qui elle était, et ce qu'elle avait causé auparavant. Elle regarda le sol quelques secondes, puis, de nouveau, frappa des mains. Cela remarchait. Les couleurs commencèrent à se détacher de l'endroit pour forme une espèce de brumes. C'était un phénomène un peu compliqué à décrire, mais en tout cas, cette brume se dirigea tout droit vers le soldat. Tous les autres étaient morts, la brume s'infiltrant dans leur système et celle-ci se transformant en quelque chose de beaucoup plus solide une fois à l'intérieur du corps. Le soldat allait mourir de la plus horrible des façons, et elle, elle allait retrouver la paix jusqu'à ce qu'elle croisât un nouvel uniforme à à exterminer.

    « Prépare-toi à mourir pour tes crimes. »

    C'était une voix ferme qui n'admettait aucune défaite. Elle ne savait pas encore si elle allait tenir pendant toute la bataille, surtout que son pouvoir semblait avoir des dératées. La jeune fille secoua la tête, refusant de se faire avoir. Ca allait marcher, et une fois que l'homme serait tué, elle se reposerait, tout simplement. La Porte de la Vérité avait eu des effets beaucoup trop étranges sur son corps pour qu'elle puisse en deviner toutes les conséquences.

    La gerbe de brume se dirigea à grande vitesse sur Roy Mustang. Elle ne lui laisserait pas le temps de parler, elle ne dirait pas non plus pourquoi elle faisait cela. Les méchants qui annonçaient aux héros la raison de pourquoi ils faisaient leur coup se faisaient toujours avoir par le temps, à la fin, et du temps, ce n'était pas ce qu'elle possédait, en ce moment. De la haine, par contre, elle en avait à revendre.

    Il mourrait.
Revenir en haut Aller en bas
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Re: Symphonie en Sol Mineur ; prions pour qu'il ne s'agisse pas d'un requiem   Dim 6 Mar - 13:58

    Il arrive que je me parle à moi-même pour être certain que quelqu‘un m‘écoute.

    Roy ne comprit pas. En un instant, une brume de couleurs s’était jetée sur lui et paralysait tous ses mouvements. Il tomba par terre, en proie à de violentes convulsions. Son cerveau lui faisait un mal de chien… Alors… Il allait mourir ici ? Les yeux fermés, atrocement crispé, le colonel tentait de résister à cette douleur. Lui… Rendre l’âme ? Jamais ! Il se redressa, un effort qui lui coûta bien dix secondes. Sa vue s'assombrissait de plus en plus et des éclairs dansaient devant ses yeux. Il ferma les yeux sous l'effort. Sa vie partait à chaque secondes passées, à chaque mouvements, aussi... Une sorte de course contre la montre, mais c'était sa vie qui en était le trophée. Il rouvrit les paupières. Il faisait presque noir, dans son champ de vision, mais il voyait toujours l'alchimiste devant lui. Du moins, un bout. Il rampa une nouvelle fois vers elle et mit ses gants avec une lenteur qu’il ne connaissait pas. Ah, il était pitoyable… Un faible sourire lui sauta au lèvres et il claqua des doigts. Les flammes se rependirent un peu de partout, au risque de l’incendier aussi ; mais bon, tant pis, si ça le sauvait, autant faire avec. Le colonel sentit l’emprise mettre les voiles, mais pas assez, car il souffrait encore. Une vague odeur qui lui rappelait douloureusement quelque chose vint lui titiller les narines. Ishbal. Il soupira et continua sa route vers la jeune femme qui lui en voulait pour ses crimes. AH ! Mais quel imbécile ! Le voilà qu’il utilisait l’alchimie qui avait tant décimer les Ishbals devant elle. Soit il avait signer son arrêt de mort, soit elle le laissait en vie, mais il pencherait plus pour la première option… Bon, on se calme, respire… Respirer ? Avec cette douleur, c’était aussi impossible que de demander la lune !

    Le colonel prit appuie sur ses coudes assez faibles et s’accrocha à elle. Une petite minute ! Il n’allait pas mourir dans ses bras, tout de même ! Il ferma les yeux, revit le visage de ses subordonnés dans son esprit. Breda, Havoc, Fuery, Falman et, enfin, Hawkeye. Bizarre, mais bon, il ne voulait pas leur faire de la peine en mourant ainsi. Oh, et il leur avait promis une fin digne de lui, enfin !

    Il rouvrit les yeux et lui glissa à l’oreille :

    -Je ne veux pas mourir maintenant… Dis-toi que je regrette Ishbal. Et que je ne l’ais jamais souhaité.

    Il retomba, inerte sur le sol. Le bitume lui semblait étrangement chaud et bizarrement blanc. Mais… Il n’y avait plus de couleurs ! De l’alchimie ? Il se posa la question, mais son esprit était trop occupé à se raccrocher à la vie pour pouvoir lui répondre. Une minute… A peu près. C’était ce qui lui restait à vivre, le temps qu’il réussi à la déconcentrer assez pour que son « alchimie » se brise. Le colonel re-claqua des doigts, et cette fois, dirigea les flammes vers l’alchimiste devant lui. Il ne sut pas trop ce qui se passa, mais l’emprise s’estompa une nouvelle fois un peu. Un peu plus libre de ses mouvements, il redressa la tête. La blancheur lui donnait mal aux yeux, mais il allait devoir faire avec. Ah, mais quel con, franchement. Il était vraiment stupide : pourquoi ne pas l’éliminer, puisqu’elle voulait le tuer ? Il se contenta de tourner sa tête de droite à gauche pour se remettre les idées en place.

    -Si tu veux en savoir plus sur le génocide, il ne faut pas tuer, mais demander aux gens… De plus, au lieu d’essayer de m’éliminer, pourquoi n’en profites-tu pas pour me demander des choses ? C’est vraiment stupide, ce raisonnement, si tu veux mon avis… De mon point de vue, j’ai trouvé bizarre qu’on envoie plusieurs régiments à Ishbals, pour mater un peuple comme le vôtre… Je pense que l’armée devait avoir un but précis pour provoquer un tel bain de sang… Quelque chose, à mon avis, de criminel… dit-il simplement.

    C’était bien la peine, tiens. Le voilà qui avait perdu sa seule minute de vie qui aurait put le sauver pour faire un discours sans queue ni tête… Mais bon, chacun ses raisons…

    Avoir de larges horizons, c'est toujours mieux que de ne pas en avoir...
Revenir en haut Aller en bas
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Re: Symphonie en Sol Mineur ; prions pour qu'il ne s'agisse pas d'un requiem   Jeu 18 Aoû - 12:02

    Il allait mourir. Tout de suite, maintenant. Le soldat avait trop vécu jusqu'à présent, trop obéi aux ordres qui faisaient de lui le bourreau. La jeune femme, essoufflée, se demanda même intérieurement comment, pris par les remords, il n'en était pas venu à se donner la mort. Sans doute qu'au fond, il était comme les autres et ne réfléchissait pas. Il n'avait pas de remords du tout et essayait de la tromper comme ils avaient trompé tout son peuple. Il allait donc mourir. Sol allait refermer le poing lorsqu'il se passa quelque chose à laquelle elle ne s'attendait pas. Pris au dépourvu, hoquetant un peu, elle regarda l'homme ramper vers elle et...enfiler ses gants ? Elle ne comprenait pas trop ce geste et de toutes manières, n'était pas sûre qu'il l'ait effectué, sa vue commençant à se brouiller. Elle pensait qu'il allait la supplier et Sol aimait plus que tout au monde faire languir les gens qui n'ont plus d'espoir.

    « Que ? »

    Un seul mot, traduisant sa surprise sortit de sa bouche. Alors qu'il était torturé par les brumes, le militaire s'était relevé pour s'excuser. Sol grimaça, la haine déformant son visage pourtant agréable à regarder. C'était facile, de s'excuser ! Et pourquoi n'avait-il rien fait, le moment venu ! Des centaines, non, des milliers de vie auraient été épargnées si tous les alchimistes s'étaient dit que ce complot leur paraissait étrange ! Pourquoi les hommes préféraient-ils l'actions à la réflexion ? Et qu'il ne lui disent pas qu'il n'avait fait qu’obéir aux ordres !

    Prête à l'exécuter sans aucun mot de plus, Sol referma lentement le poing mais... Un puissant feu arrêta tout ce qu'elle était en train de faire. Les brumes meurtrières sortirent de Mustang, tandis que Sol tombait par terre en hurlant de douleur. Non, elle n'allait pas appeler au secours, pas un de ces chiens ! Mais ça brûlait, ça brûlait de partout ! Allait-elle mourir comme ça ? Elle s'arrêta soudainement de brûler, mais resta immobile, grimaçant de douleur au sol. Qu'est-ce qu'il allait faire d'elle, maintenant ? L'exécuter ici, dans cette ruelle complètement déserte, sans aucune sommation ? Elle ne l'écoutait qu'à moitié, en fait, jugeant ses paroles de meurtrier qui se repentit quand cela l'arrange de débiles. Bien sûr qu'elle savait que l'armée avait des intentions meurtrières ! Mais les pires dans tout cela, c'était les soldats qui, obéissant fidèlement aux ordres comme des petits toutous avaient exécutés femmes et enfants !

    « Je...je vous hais... Et...vous allez me tuer maintenant...comme les autres ? Je...j'ai si mal, la vérité a pris tellement de choses... »

    Elle n'allait pas pleurer, non. Mais peu à peu, elle commençait à ressentir le froid, comme si les sensations volées par la Vérité revenaient peu à peu. Était-elle mal à ce point ?

    « Alors...savez-vous qui a causé le massacre ? »
Revenir en haut Aller en bas
I `m « Contenu sponsorisé »
&




MessageSujet: Re: Symphonie en Sol Mineur ; prions pour qu'il ne s'agisse pas d'un requiem   

Revenir en haut Aller en bas
 

Symphonie en Sol Mineur ; prions pour qu'il ne s'agisse pas d'un requiem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» mineur humain pour warhammer jdr
» prions pour le salut de nos âmes pécheresses. [29/05 16H57]
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FullMetal Alchemist RPG : Power of Alchemy ::  :: » archives-