Une légende, un seul but. Un but très précis : atteindre la Pierre Philosophale.
 

Partagez | .
 

 « Rencontre hasardeuse » ~ Libre :]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: « Rencontre hasardeuse » ~ Libre :]   Mer 6 Avr - 15:54

« Quand le hasard fait bien les choses... Ou mal. »
Libre.

    A quoi ça sert d'ensevelir des souvenirs sous une montagne de mensonges ? Cela ne fait qu'aggraver un cas... C'est ce que pensait Roy, assit à son bureau, pensif, un stylo à la main et le regard vide posé sur les papiers qu'il devait remplir pour la soirée qui allait suivre. Il n'aimait pas signer, et encore moins lire des rapports quand ces-derniers ne l'intéressaient pas. Il posa le crayon sur la table, se leva simplement et se dirigea vers le porte-manteau, sur lequel pendait son long blouson noir. Il le prit et l'enfila avec une certaine vitesse : il ne désirait pas se faire prendre en flagrant déli de fuite par sa lieutenante, qui veillait au grain sur chacune des actions qu'il faisait. Le colonel regarda une dernière fois le tas de feuilles qui n'attendait que l'on signe, étalé sur tout la longueur du bois de la table. Il remarqua un bout de papier qui traînait par là, le prit, se saisi du bic et posa sa plume sur le grain et y nota :

    « Je m'en suis allé faire une patrouille en ville. Je signerai les papiers une fois revenue. Bien que vous ayez décider de me suivre n'importe où, je me permet de vous fausser compagnie.
    Colonel Mustang. »


    Il trouva idiot de vouloir se cacher et ensuite d'aller rédiger ce petit mot à son assistante, qui n'allait sûrement pas se gêner de lui faire part de sa façon de penser lorsqu'il mettait les voiles de la sorte. Le pire pour lui, ce serai de se retrouver devant une de ces conquêtes... Tout particulièrement une, qui lui hantait l'esprit pour une raison encore inconnue.... Roy se tourna vers la porte, l'ouvrit simplement en soupirant et partit dans le couloir. Il croisa beaucoup de gens, dans ces corridors du Q.G. Militaire... Des lieutenants, des adjudants, des généraux, des lieutenants-colonels... Tous ces gens qui risquaient de mourir à chaque fois qu'ils entraient sous les ordres d'un supérieur. Roy le savait et fermait les yeux devant une hypothèse qu'il ne voudrait jamais voir se réaliser : perdre ce qui lui restait. Il entendait par là sa mère adoptive, ses subordonnés qui lui vouaient une confiance presque aveugle... Le grand brun haussa les épaules et ; esquissant un sourire ; se tourna vers une fenêtre qui donnait sur une haute bâtisse de marbre blanc, dont le drapeau vert à l'insigne d'Amestris bravait le vent dans un son de tissu claquant comme lors d'une tempête. Le ciel était sombre, les nuages amoncelaient, gris, noirs par endroits ; annonçant ce qu'il détestait : rien d'autre que la pluie. Ce qui le rendait impuissant, inutile, pitoyable dans ce qu'il entreprenait. A chaque fois que les gouttes tombaient sur la Terre, il lui arrivait une crasse. C'était triste à dire, mais il avait un don incroyable à s'attirer les pires tuiles qui pourraient arriver à un humain... Son regard s'axa vers la pelouse bien entretenue. Un arrosage ne sera sûrement pas de refus pur elle, mais pour lui, il en était tout autre : le colonel haïssait se mouiller les pieds. La fontaine qu'il y avait au centre attira son attention pour sa tranquillité qui s'en échappait. L'eau ruisselait lentement sur les sculptures, jusqu'au bac, dans un doux son de rivière. Le grand brun inspira un grand coup : aujourd'hui, il devait rester en '' bon état '' afin de ne pas inquiéter Hawkeye. Ça ne lui faisait pas tellement plaisir quand elle lui faisait remarquer qu'il n'avait pas une grande espérance de vie, déjà bien raccourcie à cause de son grade et de son âge... Il ferma les yeux et se retourna simplement, les rouvris et se dirigea vers la sortie, avec un bon pas.

    L'air frais lui arriva en pleine figure. L'humidité emplissait l'air, laissant planer une odeur de bois pourri... Il plissa les narines un instant, mais s'accommoda cependant à l'effluve. Le colonel pensa alors que la journée qui s'annonçait ne serait pas si mauvaise qu'il en avait l'impression. Roy marcha longuement sur les dalles, avant d'arriver à sa voiture et de remarquer qu'une femme l'y attendait. Il se crispa : Riza Hawkeye ? Il plissa les yeux. Non, ce n'était pas elle. La demoiselle en question avait les cheveux châtains clair et des yeux verts et portait des vêtements légers pour le temps qui s'annonçait... Roy s'arrêta, interdit. Voilà la personne qu'il redoutait. « Désolé, lieutenant, je ne pense pas vous revenir intact, cette fois encore... » pensa le colonel, avec une certaine pointe de désolation, tout en mettant les mains dans les poches, adoptant un pas tranquille. Cependant, le voir arriver de sa démarche placide ne parut pas lui plaire... Du moins, c'est ce qu'il crut, en la voyant lui lancer un certain regard. Elle s'avança vers lui et se jeta littéralement dans ses bras, avec un petit cri de joie. Bon, finalement, il avait peut-être une chance de s'en sortir en vie, cette fois... Elle l'étreignit et lui, surpris, se hasarda à faire un petit mouvement de recul. Elle lui lança un regard en coin, ne comprenant pas son retrait. Elle haussa les épaules. Bon, bon... Comment Roy allait-il s'en sortir de cette situation embarrassante ? Tout le monde les regardait et si jamais Riza le voyait ainsi, ça n'allait pas allez pour lui... Ni pour sa réputation, d'ailleurs, déjà qu'on disait de lui qu'il était très fouineur et un sacré tombeur. Il la repoussa avec délicatesse, en lui faisant comprendre que le moment était mal choisi pour se jeter dans ses bras.

    « Que... Que fais-tu là ? » demanda Roy avec une certaine prudence dans la voix.
    « J'avais des choses à te dire ! »

    Il se figea d'un coup. Et si c'était...

    « Enfin, ne prends pas cet air ! »

    Mon dieu, il avait de quoi ! Il faisait tout pour ne pas la voir pendant son temps de travail, et la voici qui lui tombait dessus au beau milieu du matin. Une goutte tomba sur sa joue. Il leva la tête. La pluie arrivait. Une colère monta du plus profond de ses entrailles : voilà, s'il n'était pas tombé sur la femme, il serait dans sa voiture, pas à se mouiller ! Il la contourna naturellement, monta dans le véhicule et lui ouvrit la portière :

    « Je te redescends ? » s'enquit-il doucement, pressé d'en finir avec elle.

    Elle le remercia et grimpa dans l'auto, referma la porte avec un claquement et Roy démarra le moteur, avec un certain pessimisme. Le colonel n'avait aucune envie de la ramener chez elle, car il savait que ça allait se finir d'une très mauvaise façon. Aussi bien pour lui que pour elle. Mais parlons un plus de cette pauvre fille... Elle s'appelait Albertina. C'était une secrétaire du Q.G. de East City, dont il avait fait ses tests de séducteur. Il n'avait pas pensé qu'elle marcherait dans sa parade. Du coup, dès qu'elle le voyait, elle se jetait sur lui. Le pauvre colonel ne pouvait pas vraiment protester. En même temps, il en connaissait un qui était content qu'il ait une relation amoureuse : Maes Hugues. Oui... S'il y avait bien un crétin qui voulait qu'il se marie, c'était bien le lieutenant-colonel qu'était l'ami du Flame Alchemist.. Un sourire lui vint au souvenir d'une certaine petite conversation qu'ils avaient eut tout les deux au téléphone. Roy avait raccroché au nez de Hugues avec un mouvement de colère non-dissimulée, le lieutenant lui était parti après comme quoi il devait prendre soin du matériel de l'Armée. Il avait haussé les épaules avec un air désinvolte, comme toujours, en disant que ce n'était pas de sa faute si on l'énervait au téléphone à propos de mariage. Il était très pointilleux à ce sujet, car ce n'est pas avec une secrétaire, qu'il désire se marier. Loin de là.

    Albertina et Roy restèrent en silence pendant un bout du trajet, ne sachant que dire, l'un plongé dans ses pensées, l'autre qui préparait un coup. Le grand brun remarqua alors que l'averse lui avait réellement déclarée la guerre : il tombait dru. Le Flame Alchemist donc... Était impuissant. Quoique, s'il restait au sec, il pourrait peut-être s'en sortir. Peut-être. Mais étant un éternel cancre, ça serait dur pour lui de rester comme il était dans sa voiture. Et de toute façon, il s'en fichait un peu, chaud ou pas, il serait incapable de créer des étincelles. Il s'arrêta devant un grand bâtiment.

    « Voilà. Passe une bonne journée. » dit-il aisément, pendant qu'elle ouvrait la portière.
    « Ca te dit un café ? » balança-t-elle en lui faisant un clin d'œil coquin.

    Il se crispa. Elle se foutait de lui ou quoi ? Il n'avait pas le temps ! Il devait faire sa patrouille, lui ! Il n'avait pas du temps à perdre dans sa maison !

    « Non, merci. Un jour, peut-être. » trancha le grand brun en haussant les épaules, avec un ton sec. « Je travaille, pour l'instant. Je n'aies pas le temps. »

    Albertina parut déçue.

    « Si tu n'avais pas le temps, tu ne m'aurais pas redescendue. » répliqua-t-elle cependant.

    Aïe ! Elle marquait un point, là. Le colonel la regarda se tremper sous l'eau, la voyant frisonner légèrement. Il soupira et sortit de la voiture, et, avec un mouvement lent, la referma. Cinq minutes, alors, lui dit-il en chuchotant. Elle hocha la tête. La pluie lui fit un drôle d'effet. Ses cheveux se mouillèrent, devinrent plus lourds, et le gênèrent dans sa progression. Normalement, un humain n'est pas censé se faire entraver par sa chevelure, aussi petite soit-elle, mais Roy, lui détestait avoir sa toison de nuit trempée. Il était comme ça, qu'y pouviez-vous ? Il se resserra dans son manteau, et commença à la suivre quand...

    Elle chuta sur lui. Il la retint, mais quelque chose le pétrifia, le glaça jusqu'au fond des os. Ses lèvres rencontrèrent les siennes. Roy tomba sur son séant, le dos contre sa voiture, le cœur battant. On lui avait volé son premier baiser ! Cette perspective lui fit mal à l'estomac et lentement ; il se redressa. Puis, il dit, avec une certaine lenteur, pesant ses mots afin de ne pas la blesser :

    « Je crains fort que mon devoir ne m'appelle plus tôt que prévue... »

    Tentative une... Ratéééée ! Elle le regarda comme s'il était un monstre et haussa les épaules, puis retourna dans l'immeuble. Toujours sous le choc, le colonel s'en retourna dans sa voiture ; le cœur soulevé par l'éventualité qu'on lui avait dérobé sa fierté et ses sentiments. Alors, ça, c'était... Nullisime. Il n'avait pas put tomber plus bas que ce qu'il ne l'était déjà. Déjà qu'il n'était pas bien haut dans l'estime des gens qui l'entourait... Il soupira et grimpa dans son véhicule et redémarra le moteur, faisait tourner la clé de contact avec une certaine lourdeur dans son mouvement. La turbine se mit en route, avec un vrombissement incessant et il roula à grande vitesse dans l'avenue. Ce n'était certes pas prudent, mais il voulait mettre le plus de distance entre lui et elle.

    *
    **
    *

    Le silence était pesant, là où il s'était arrêté. Il s'agissait d'une rue calme et sombre, humide, aux poubelles débordants d'ordures et à la tranquillité un peu gênante. N'importe qui aurait put imaginer n'importe quoi en le voyant se frotter le crâne avec l'air aussi abattu qu'il avait dans ce moment-là. La pluie tombait à grandes gouttes, le mouillant, mais il ne s'en fit pas pour ses gants ; rangés bien au chaud dans les poches de son manteau. Cette grande étoffe noire qui lui donnait un air d'inspecteur et qui accentuait grandement son joli minois... Il respira à fond, assez rapidement, pour se remettre dans son état initial. Pas moyen de se l'enlever de la tête, malgré tous ces efforts. Le colonel marmonna quelque chose ; regarda ses mains en se disant qu'il était un crétin. Quelle idée de tester ses capacités séductrices sur une pauvre secrétaire, aussi ?! Si le lieutenant l'apprenait, il serait dans de beau draps, car elle n'appréciait guère qu'il fasse la cour à la gente féminine pendant ses heures de travail. Quelqu'un entra dans la rue, et il se tourna vers cette personne. Il n'aperçut pas son visage, et ne intéressant nullement à lui, pour une fois. Roy fit cependant attention à avoir l'air présentable, en s'adossant au mur, et en regardant celui que venait.

    « J'espère, qui que vous soyez, que vous ne mettrez pas le foutoir -et encore, je retiens mes mots- ici. » déclara simplement le Flame Alchemist avec une voix ferme et autoritaire. « Je ne suis pas d'humeur à faire joue-joue avec un quelconque psychopathe ... »

    Ah mais … Ça faisait du bien de lancer une phrase classe. Son esprit reprit un peu plus d'entrain, plus de vigeur, oubliant peu à peu la bourde précédente, bien que ce n'était pas de sa faute … Pour une fois. De plus, son regard était des plus convaincant : vraiment de très mauvaise humeur ...


Dernière édition par Roy Mustang le Mar 28 Juin - 9:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
I `m « Naïwé »
& Pestouille Professionnelle
&
Reine des TCVMRRDO ♪

avatar


Messages : 142
Date d'inscription : 02/04/2011
Age : 20
Localisation : Là où je suis =)

« Feuille d'expérience »
Force:
36/160  (36/160)
Endurence:
44/160  (44/160)
Habilité:
84/160  (84/160)

MessageSujet: Re: « Rencontre hasardeuse » ~ Libre :]   Jeu 7 Avr - 17:34

[Je me permet de répondre]

Naïwé

Le destin met beaucoup de hasard dans son jeu. [Jacques Folch-Ribas]







    - Hé Naï...

    D'un geste mécanique, la jeune fille dégagea son visage. Elle tint mèche de cheveux que le vent incitait à se rebeller quelques instants. Elle cligna des yeux, fixant l'horizon, le regard vide, perdue dans ses pensées. De nombreuses questions se bousculaient dans tête. Pourquoi ? Où ? Comment ? Toutes ces questions qui se bousculaient dans sa tête... Personnes ne pouvait y répondre. Même pas elle-même. Elle serra les dents et fronça les sourcils. *Peut-être qu'il n'y a tout simplement pas de réponses...* Pensa-t-elle, perplexe. Il lui restait tellement de choses à apprendre... Et il n'était plus là pour lui donner des conseils. *Où alors... C'est la vie. Juste ça.* Le soleil se couchait. Ses derniers rayons coloraient le ciel de rose et d'orange. Tous les nuages avaient disparut. La vue était magnifique. Les oiseaux chantaient. C'était à peine si elle entendait leurs piaillements. L'été s'en allait, laissant bientôt place à l'autonme. On la tirait par la manche...

    - Naïwé ?!

    Elle sursauta presque. Son regard se radoucit et elle tourna la tête vers la voix. Juste là, sa soeur la regardait avec une sorte d'étonnement dans les yeux. A côté de Miharu, son frère la fixait avec ce même air interloqué. Naï sourit. Oui, ils étaient toujours là, devant la tombe de leur grand-père. Quelle idiote, elle n'avait pas vu le temps passer.

    - Tu parlais plus, c'était pas normal. Déclara Will.
    - C'est rien, ça va aller.

    Enfin, elle espérait. Elle attrapa les jumeaux par l'épaule et ils se dirigèrent vers le sentier qui menait à la maison. Quand elle referma le portail, Miha posa une question qui la pétrifia sur place.

    - Dis, Naï... Est-ce que tout le monde va nous abandonner, comme ça ?

    La jeune fille resta figé quelques secondes. Puis, elle secoua la tête, doucement.

    - Non, je vous le promet. Plus personne ne nous abandonnera.




    - Heu... Mademoiselle ? Mademoiselle !

    Naïwé ouvrit un oeil. Puis l'autre. Elle se redressa et se tourna vers la personne qui l'avait appelé. Un dame était penchée sur elle. La jeune fille regarda autour d'elle. Qu'est-ce qu'elle faisait là ? Elle se trouva dans un train, à l'arrêt, apparement. A travers la fenêtre, elle apperçut un ciel gris et quelques maisons. Mais... Enfin, qu'elle imbécile elle faisait ! Tout lui revenait maintenant : son départ, son voyage... Elle se leva d'un bon, se frotta la tête et s'excusa platement. Attrapant rapidement sa valise, elle sortit du wagon en quatrième vitesse. East City. En sautant sur le sol de l'est, l'alchimiste fut surprise de la fraicheur et de cette pluie menaçante. Elle n'était pas habituer à un tel temps. Là d'où elle venait, il faisait beau une majeur partie de l'année. Il y avait pas mal de monde sur le quaie. Naï posa ses affaires et s'étira. Le voyage avait duré presque tout l'après-midi et elle avait dormi une bonne partie. Son rêve paressait si réelle...

    Les grandes rues, les magasins, les automobiles... La ville lui semblait immense ! Elle n'osait même pas immaginer Central City. Elle commença par chercher un endroit où loger. Elle compara les prix, l'état des lieux, le quartier... Elle finit par dénicher un hôtel pas trop mal. Elle poussa la porte et une petite sonnette retentie. La dame de l'accueil leva le nez de son journal qu'elle posa sur le comptoir, tout en lançant un "B'jour Mam'zelle".

    - J'aimerais une chambre pour moi, s'il vous plait ! Lança Naï en faisait sauter les pièces dans sa main.
    - T'es toute seule ?

    Elle hocha la tête avec un grand sourire. Elle paya et reçut les clés. La bonne dame poussa un soupire, les paupières closes.

    - Ah lala, les jeunes, quel indépendance, j'vous dit pas...

    Quand elle rouvrit les yeux, Naïwé s'était déjà laissé tomber sur son lit. Elle resta immobile, fixant le plafond. Pas vraiment intéressant, mais elle le regardait sans vraiment le voir, en pensant à toutes autres choses. Et maintenant, qu'est-qu'elle allait faire ? Elle se releva péniblement, tout en réfléchissant. Elle installa ses affaires rapidement et se dit qu'un petit tour pour visiter la ville ne lui ferait surement aucun mal.


    Les mains dans les poches, Naïwé arpentait les rues en regardant partout autour d'elle. Elle essayait de se repérer à peu près, car c'était bien facile de ce perdre dans cette ville inconnue. Heureusement, elle avait veillé à demander une carte à la dame de l'hôtel, qu'elle donna sans un mot. Bon, maintenant qu'elle avait un endroit où dormir, la jeune alchimiste songea à ses études. Elle pensait aller à la bibliothèque empreinter quelques livres, mais cette dernière se situait à l'autre bout de la cité. L'après-midi déjà bien entammé, il serait surement plus raisonnable d'y aller le lendemain. Ainsi, la fillette aurait plus de temps pour lire. Elle poussa un soupire. Et attendant, elle faisait quoi ? Visiter la ville ou déambuler dans les rues, y a pas une grand différence. En trainant les pieds, Naï s'approchait peu à peu du coeur de la ville. En passant à côté d'un marché, elle acheta une pomme. Voulant être plus tranquille, elle s'enfonça dans une petite ruelle. Manque de bol, il y avait déjà quelqu'un. *Flûte ! Je voulais être un peu seule, moi !* C'était un grand homme, brun, avec un manteau noir. Il faisait penser Naïwé à un roman qu'elle avait lu quand elle était plus jeune. L'histoire d'un type détective qui enquêtait sur toutes sortes d'énigmes. Au final, ça se terminait toujours pareil : le héro trouvait le coupable et faisait la fête avec ses amis. La jeune fille essaya de passer sans se faire remarquer, marchant tranquillement, faisant attention à ne pas jeter un seul regard à l'homme.


    - J'espère, qui que vous soyez, que vous ne mettrez pas le foutoir -et encore, je retiens mes mots- ici. Je ne suis pas d'humeur à faire joue-joue avec un quelconque psychopathe.

    Naï s'arrêta. Mince. Elle se tourna légèrement vers lui.

    - Je ne crois pas être une... psychopathe. Répliqua-t-elle.

    Sur ce, elle croqua dans sa pomme.


Dernière édition par Naïwé le Dim 10 Juil - 11:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Re: « Rencontre hasardeuse » ~ Libre :]   Mar 12 Avr - 9:04

Voila deux mois qu’il s’était remis en marche afin de terminer ce qu’il avait commencé,…
Allez savoir pourquoi il avait rapidement échoué dans la grande Cite de l’Est, East City…, peut-être parce que c’était la grande ville la plus proche de là où il se trouvait quand il avait décidé de reprendre la route. Ou tout simplement avait-il comme souvent écouté son instinct, qui guidait de plus en plus ses actes au fil des ans. Lui-même ne savait pas, il faut dire que son côté animal faisait désormais complètement partie intégrante de sa personnalité.

East City,… une grande ville, une des plus grandes de tout le pays. Carver n’aimait pas plus que ça, car plus la ville était grande, plus les QG l’étaient aussi et plus il y avait de militaire. En plus il y avait peu de chances d’y trouver Marcoh ou des Ishbals, la plus part essayant de se faire le plus discret possible et donc évitant les grandes villes. Où s’ils y étaient c’était comme cherché une aiguille dans une bote de foin. De plus en tant que fugitif, Carver avait passé la plus part de son temps dans des endroits reculés, où les militaires ne sont pas très présents. Il avait toujours évité les grandes villes pour ne pas se faire repérer, il faut dire qu’il ne passait pas inaperçu.
Mais au final était il encore vraiment recherché ? Lui-même l’ignorait, quand on passe quatre années à se cacher et à se couper du monde, on est pas au courant de grand-chose, surtout lorsque l’on est loin de Central. Tout juste avait il eu connaissance des grands évènements de ce pays ces quatre dernières années, mais c’est bien tout. A vrai dire il ne savait même plus s’il était activement recherché, ses crimes avaient été effacés des esprits par la fin de la guerre, probablement qu’aujourd’hui son nom devait être le dernier d’une liste de criminels recherchés, probablement que son dossier devait être enfouit sous des tonnes d’autres. Peut-être même qu’il avait été classé dans les archives, peut-être le croyait-on mort. Et puis son apparence humaine c’était dégradée en quatre ans, si on ne le connaissait pas, il était difficile de le reconnaître.
Bref l’ancien devait être mort pour tout le monde, il faut dire qu’il l’était même pour lui. Au fil des ans il avait effacé peu à peu tout son ancien être, il lui restait bien des souvenirs, mais de plus en plus flous. Bientôt il perdrait son passé qu’il avait tant aimé, mais qui aujourd’hui le faisait plus souffrir qu’autre chose. Peu à peu tout ce qu’il avait été se détruisait laissant place à un être qui à ses propres yeux devenait peu à peu un monstre. C’était ça le plus insupportable pour lui.
Le suicide, il y avait pensé. Mais à chaque fois son désir de vengeance avait pris le dessus, c’était son moteur, sa raison de vivre et plus le temps passé plus cela se renforçait. De toute façon d’ici quelques années tout au plus il n’aurait plus conscience de tout ça et il le savait.

Il était donc arrivé à East City, plus ou moins par hasard. Il n’aimait pas trop, trop de monde, trop de bruit, trop de personnes qui d’après lui l’observait. Il déambulait sans but dans la ville depuis trois jours maintenant. La plus part du temps à la recherche de nourriture. Il arpentait principalement les petites ruelles calmes, celles où les gens n’avaient aucune raison d’aller, si ce n’est pour prendre un raccourcit. Là il se sentait mieux. Aussi en cette journée pluvieuse ses pas l’avaient mené dans le centre-ville. Trop agité pour lui, il ne se sentait pas à sa place, aussi avait-il rapidement cherché à s’isoler. Il avait choisi pour cela la première ruelle qu’il avait trouvé. Elle était assez longue, étroite, sombre et calme, tellement calme qu’il n’avait pas remarqué un homme à l’autre bout. Ce ne fût que lorsque celui-ci prononça ces mots qu’il le remarqua :

-J'espère, qui que vous soyez, que vous ne mettrez pas le foutoir -et encore, je retiens mes mots- ici. Je ne suis pas d'humeur à faire joue-joue avec un quelconque psychopathe.

Lui était-ce destiné ? Visiblement non. Une petite silhouette s’arrêta à la hauteur de l’homme et lui répondit, visiblement une fille, pas très âgée. Décidemment cette ruelle était tout sauf déserte.
Devant cet imprévu, dont il avait horreur, il ne sût quoi faire. Son côté humain lui dictait de faire comme si de rien n’était, de passé son chemin dans la ruelle. Sans doute le mieux pour ne pas se faire remarquer. Son côté animal, lui voulait s’enfuir vite. Mais parallèlement il l’incitait aussi à répondre violemment à une situation imprévue. Bref comme bien souvent il était pris entre deux feux. Il y a deux ans son côté humain l’aurait facilement emporté, surtout qu’il n’était pas en chimère à ce moment-là, mais plus le temps passé plus son caractère de chimère prenait le dessus. Ce n’était d’ailleurs pas un hasard si il était de plus en plus à l’aise en chimère et de moins en moins en être humain. Mais là il n’avait pas le choix il devait rester sous son apparence humaine.
Mais il n’arrivait pas à se décider, et au final il était planté la depuis maintenant une bonne minute, à observer sans bouger à l’autre bout de la ruelle les deux autre personnes.
Revenir en haut Aller en bas
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Re: « Rencontre hasardeuse » ~ Libre :]   Mar 28 Juin - 10:56

    [ Pour me faire pardonner de ce retard, je vous offre ces sublimes musiques de Hans Zimmer, celui qui a fait les musiques de Pirates des Caraïbes et bien d'autres films. x) ]
    Thème Musical.
    Les meilleures Hans Zimmer.



    Ça n'était pas un malfaiteur qui se trouvait devant lui, c'était une fillette d'environs 13 ou 14 ans, pas plus ; pas moins. Mais ... Que faisait-elle ici alors qu'il pleuvait des cordes ? Parfois, les enfants ont des raisons qui nous échappent, comme on dit souvent. Roy la jaugea du regard et vue le ton avec lequel elle lui avait répondu, il avait tout bonnement intérêt à faire attention dans quel périmètre il oserait s'aventurer en lui parlant. Plus le temps passait, une sorte de silence pesant semblait bien décider à s'installer entre eux deux. Pas plus mal, car Roy, ainsi, éviterait de ses tourner en ridicule ... A moins que ce soit déjà fait. Le colonel sentait que s'il n'y avait pas d'évolution dans toute l'histoire, les choses allaient stagner. Le militaire se sentait toujours observé, par quelqu'un d'autre que la jeune fille ; mais ignora cette autre présence avec prestance, ne voulant rien laisser trahir son impression. Il demanda :

    -Puis-je savoir ce que tu fais ici par ce temps détestable ?

    Il la regardait droit dans les yeux ; plongeant son regard d'onyx dans celui d'émeraude de la jeune fille. Il s'attendait à ce que l'on retourne la question, et, histoire d'entretenir la conversation se présenta :

    -Colonel Roy Mustang, Flame Alchemist. Enchanté. Donc ... Que fais-tu ici ?

    En attendant la réponse, il jeta un rapide coup d'oeil à l'autre bout de la rue. Un homme. Voilà pourquoi il avait tant l'impression qu'on l'observait. Décidément, cet endroit était tout sauf désert et ... Calme. Le grand brun plissa les yeux en remarquant l'âge de l'autre homme, en face. Il semblait bien vieux comparé l'allure qu'il possédait ... Étrange. L'instinct de Roy le mit en garde que quelque chose ne tournait pas rond chez cet homme-là, mais s'abstint de toute remarque pour ne pas se montrer trop irrespectueux. De plus ; pourquoi rester aussi immobile, surtout quand le Flame Alchemist avait posé une question et à laquelle une réponse négative ne serait sûrement pas de refus. De plus, cet homme-là restait étrangement pensif ; comme prit entre deux feux. Le militaire détourna son regard vite fait, pour le reposer sur la fillette. Le colonel se mouillait de plus en plus, mais sa curiosité étant maintenant éveillée, plus rien ne le gênait plus que la présence de cet homme pourtant aux abords si calme et si posée, qui semblait tout de même posséder quelque chose d'effrayant et de meurtrier. Quelque chose éveilla également l'intérêt de Roy : la jeune fille avait des gants. Sur lesquels étaient dessiné des cercles de transmutations que le colonel ne prit pas la peine de déchiffrer, par respect pour son art. Quand il parlait d'art ... Un alchimiste n'avait pas de meilleure arme que son alchimie. Et celle-ci devait toujours prendre l'ennemie au dépourvue. Simplement, quand on est un alchimiste d'état, votre technique n'a plus vraiment de secrets pour tout le monde, ce qui était assez embêtant, car les ragots allaient bon train quand on découvrait une de vos faiblesses d'esprit ou de pratique. C'était principalement pour cette raison que le colonel ne cherchait pas des ennuis : pour ne pas être obliger de se battre et d'utiliser ses gants dont tout le monde connaît l'unique mais infaillible faille : l'hu-mi-di-té. Oui, l'humidité, mes bons amis. Mouillés ou humides, ils ne servaient alors pour à rien et était comme une simple paires de gants qui le réchauffait. Admettons que la jeune fille l'attaque : il ne pourrait donc pas se défendre, vue que son alchimie serait totalement inutilisable.

    D'ailleurs, ce point était également la cible de sa colère.

Revenir en haut Aller en bas
I `m « Naïwé »
& Pestouille Professionnelle
&
Reine des TCVMRRDO ♪

avatar


Messages : 142
Date d'inscription : 02/04/2011
Age : 20
Localisation : Là où je suis =)

« Feuille d'expérience »
Force:
36/160  (36/160)
Endurence:
44/160  (44/160)
Habilité:
84/160  (84/160)

MessageSujet: Re: « Rencontre hasardeuse » ~ Libre :]   Dim 10 Juil - 16:48

[Profitez bien de toutes ces musiques de notre manga préféré ♥
Fullmetal Alchemist]



    Il pleuvait de plus en plus. Les nuages gris foncé recouvraient complètement le ciel. De grosses gouttes s'écrasaient sur le sol. Naïwé essaya d'ignorer cette sensation de froid qui la saisissait. Difficil à faire, sachant qu'elle n'avait rien pour se mettre à l'abris. Elle ce n'était pas dans ses habitudes de s'enfuire lâchement rien que pour se réchauffer.

    -Puis-je savoir ce que tu fais ici par ce temps détestable ?

    La jeune fille trouvait qu'il la regardait un peu trop fixement. Elle jeta un coup d'oeil derrière elle. Il y avait ce type, là, qui les observait... Il paraissait un peu étrange. Et le fait de se faire dévisager par deux personnes en même temps, rendait Naï plutôt mal à l'aise. Elle reporta alors ses yeux verts sur le premier qui ne tarda à se présenter :


    -Colonel Roy Mustang, Flame Alchemist. Enchanté. Donc ... Que fais-tu ici ?

    Naïwé cligna des yeux. Colonel Roy Mustang... Il faisait donc parti de l'armée. Dans l'obscurité de la rue, elle n'avait pas bien remarqué son uniforme bleu, porté par tout les soldats. Quant à son nom, il ne lui disait pas grand chose... Peut-être l'avait-elle entendu une ou deux fois par-ci par-là... Flame Alchimist. Donc il utilisait l'alchimie, lui aussi. Cependant, la jeune fille n'oserait jamais s'opposer à un alchimistt d'Etat. Pas tout de suite, en tout cas. Quoique... Sous cette pluie, ce Flame Alchimist ne devait pas faire très peur... Elle remarqua aussi qu'il regardait ses gants. Naï n'avait pas pris le temps de les enlever. Comme quoi, on ne sait jamais ce qui peut arriver dans l'inconnu. C'était toujours mieux de les avoir à porté de mains, au cas où... La jeune alchimiste poussa un soupire, essayant de ne pas être entendu et croisa les bras. Il lui demandait ce qu'elle faisait là. A vrai dire, c'était une bonne question. C'est vrai, que faisait-elle là, sous une pluie battante, à causer avec un type dont elle ne connaissait que le nom et à être observée par un autre qui restait à l'écart sans prononcer le moindre mot...? Voyant que l'homme commençait à l'inpatienter, elle répondit :

    - Je m'appelle Naïwé Isato. Je suis aussi une alchimiste. Qu'est-que je fais là ? Disons que... je me promène.

    Ca lui alalit comme réponse ? Pourvu que oui, Naïwé n'avait pas du tout l'intention de raconter sa vie, surtout à un quelconque inconnu. Deux inconnus, si l'on comptait celui de derrière, qui semblait épier leur conversation et qui surrement devait tout entendre. Elle croisa les doigts pour aucun des deux lui vole de l'argent ou n'importe quoi d'autre, car elle n'avait franchement pas envie de se battre. Et puis, elle avait promis à son frère et sa soeur de rentrer. Et en un seul morceau, si possible. Devant la tête que tirait le Colonel, la jeune fille ne se retint pas lui faire un grand sourire. Elle se fichait limite de lui, mais bon. Il n'avait pas l'air d'aller bien fort. Elle, au contaire, avait désormais la pêche. Découvrire l'inconnu, apprendre des tas de choses sur l'alchimie la rendait euphorique. Etre débarrassé de toutes recommendation qu'elle connaissait par coeur la soulageait. Et pas qu'un peu. Ce n'était pas que sa grand-mère l'énervait mais... C'était une grand-mère, quoi. De toute façon, les adultes était tous les même. Naï' fit un léger pas sur le côté. Mustang avait autre chose à lui dire ou elle pouvait partir ?








_________________
    Les miracles, c'est pas gratuit. Si tu souhaites l'espoir, une quantité égale de désespoir se répand sur le monde. Tout s'annule, c'est comme ça que le monde reste en équilibre.

[Kyoko Sakura]

Partisanne du TCVMRRDO ♫:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Re: « Rencontre hasardeuse » ~ Libre :]   Ven 5 Aoû - 8:57

[HRP, désolé pour le retard, bon ben pour me faire pardonner aussi le dernier opening de FMA Brotherhood, en version longue svp, très bon. http://www.youtube.com/watch?v=v-0otc1m7Po ]

Visiblement le temps n'était pas partit pour s'améliorer de si tôt, mais contrairement aux deux autres, Karver n'était pas gêné par ça. La jeune fille et le l'homme engagèrent enfin la discussion. Et bien vite il apprit l'identité du militaire : Roy Mustang. Le célèbre alchimiste de flammes, rien que ça. Carver l'avait un peu côtoyé à Ishbal notamment, il savait de quoi il était capable, mais surtout il savait qu'il était haut placé dans l'armée et qu'il devait donc avoir accès à tout un tas d'informations intéressantes, comme pourquoi pas des infos sur le Dr.Marcoh que la chimère cherchait en vain depuis si longtemps. Il souhaitait continuer à observer, mais une telle masse se repère vite et le militaire et la jeune fille eurent bien vite fait de le repérer.

Ils lui jetaient des coups d'oeil, certes furtifs, mais la chimère grâce à son instinct sentait bien qu'il avait été repéré et que le duo le surveillait plus ou moins. Résultat il fut prit une nouvelle fois au dépourvu, mais cette fois-ci c'est son instinct qui l'emporta. Aussi dès que la fille déclina son identité à Mustang il couru quelques mètres pour sortir de la ruelle, profitant que les deux autres ne l'observaient plus. Il alla dans une ruelle voisine et se posa quelques secondes pour ce calmer et faire le point.
Mustang, c'était Mustang quand même, il ne pouvait pas laisser passer une telle occasion de prendre des informations. Aussi il décida qu'il valait mieux qu'il continue d'écouter la conversation des deux individus, mais cette fois-ci plus discrètement. La ruelle étant déserte, il se transforma en chimère, planta ses griffes dans le mur d'un immeuble et l'escalada sans problème. Il sauta jusqu’à l'immeuble voisin et la il put surplomber de presque trente mètres les deux individus.
C’était la meilleure place pour les épier. Il les entendait bien, et le mauvais temps, ainsi que la hauteur à laquelle il se trouvait le rendait difficile à distinguer. Oui ils pourraient voir qu’il y a quelqu’un mais pas qui sait. De plus pour le voir il faudrait que l’un d’entres eux lèvent complètement la tête, or il ne voyait pas de raisons pour que l’un des deux face cela. Et si jamais il se trompait, la pluie leur tomberait dans les yeux se qui rendrait difficile toute observation. Satisfait de cette place il se mit donc au bord du toit plat et les observa attendant la suite. La fille ne semblait pas disposer à faire durer la conversation, mais au pire, même s’il n’apprendrait rien la, il pourrait toujours suivre Mustang par la suite pour enfin obtenir ce qu’il voulait savoir. A savoir où pouvait bien se trouver Marcoh et des Ishbals.
Revenir en haut Aller en bas
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Re: « Rencontre hasardeuse » ~ Libre :]   Dim 21 Aoû - 8:33

Un étrange silence d’or s’était installé dans la rue depuis que la fameuse Naïwé et Roy avait décliné leur identité.Naïwé Isato. Ca sonnait plutôt bien aux oreilles du colonel qui ne laissa rien paraître cette remarque intérieure sur son visage. Il tourna la tête où était auparavant le vieil homme. Plus personne. Juste la pluie qui tombait dans ses éternels bruits ennuyeux. Intrigué ; le brun fronça les sourcils en se demandant où avait bien put allez le vieil homme. Roy regarda la pluie tomber sans prendre un air trop inspiré par cette vision des plus monotones avant de se concentrer une nouvelle fois vers la jeune Naïwé. Elle ne semblait pas vouloir continuer la conversation. Elle lui envoya un sourire qui sonnait bien comme un « je me fous de vous » et répondit du mieux qu’il put, pendant que son regard sombre lui envoyait une certaine mise en garde. Le brun remit les mains dans ses poches et lui tourna, avant de prendre le chemin du Q.G..

 « Fais attention, les rues ne sont pas si sûres qu’elles en ont l’air, mademoiselle. » dit-il tranquillement en se frottant la nuque, se sentant étrangement observé.

Il espérait que la jeune fille n’allait pas se mêler des histoires qui ne concernait que Roy et le Fullmetal ; avec l’histoire d’Homonuculus envoyé par ce gamin teigneux et désagréable. Il posa un pied dans une flaque d’eau malgré lui et se serra un peu plus dans son manteau, pensif. En espérant aussi qu’elle ne croise pas la route de ces créatures dont l’existence restait toujours aussi mystérieuse aux yeux du colonel. Celui-ci ferma les yeux en réfléchissant. Homonculus … Êtres parfaits … Pierre Philosophale … Hugues … Qu’est-ce que ce-dernier avait découvert pour se faire tuer ? Qu’avait-il fait pour que ça lui coûte la vie ? … Silence dans sa tête. Il tournait en rond depuis plusieurs jours déjà … Fatigué de ces tours sur les mêmes questions ; Roy manquait terriblement de sommeil. Son meilleur ami était mort et son enquête était sur un point plus ou moins mort. De plus qu’il n’avait pas vraiment put soutirer des informations à ce Glutonny …

Les mèches rebelles du colonel étaient devant ses yeux qui regardaient dans le vague et ; d’un geste assez machinal ; le brun les remit à leur place. Sans vraiment s’en rendre compte ; il s’était arrêté en plein milieu de la ruelle, si bien qu’il n’avait pas vraiment fait attention que cette fichue pluie commençait à faiblir, tombant avec de plus en plus d’irrégularité. De plus ; il pensait bien que la jeune fille allait se poser des questions. Il refit un pas en avant quand les rayons du soleil à travers les nuages allèrent se poser dans la rue. Enfin un peu de chaleur dans cet endroit froid et humide. La pluie s’arrêta subitement ; au plus grand plaisir de Roy qui leva les yeux vers les nuages chargés d’eau poursuivre leur route vers d’autres régions. Le vent allait bon train ; lui aussi, entraînant toute sorte de bruit et d’odeurs. Un autre pas devant lui. Il vit sa propre ombre en faire de même et la regarda avec un air las. Hm … Journée pourrie. Il jeta un dernier regard à la jeune fille en se demandant quelle était son alchimie.

« Juste une dernière question …  » grogna-t-il simplement en se retournant vers elle. « Que sais-tu de Scar ? » demanda-t-il la voix un peu plus claire et forte.


En tant qu’alchimiste d’état, il se devait de savoir si le tueur était toujours dans les parages ou s’il avait bel et bien disparu. Pendant qu’il attendait la réponse ; un certain point attira son attention. L’immeuble qui était à sa gauche semblait assez étrange. Le soleil étant au-dessus, une sorte de point se profilait. Une silhouette, plus exactement. Bien qu’intrigué ; le colonel fit semblant de ne rien remarquer, mais épia du coin de l’œil la forme qui dessinait une ombre étrange sur la façade de l’immeuble.

Ca … Ne semblait pas humain. Du moins, pas complètement.
Revenir en haut Aller en bas
I `m « Naïwé »
& Pestouille Professionnelle
&
Reine des TCVMRRDO ♪

avatar


Messages : 142
Date d'inscription : 02/04/2011
Age : 20
Localisation : Là où je suis =)

« Feuille d'expérience »
Force:
36/160  (36/160)
Endurence:
44/160  (44/160)
Habilité:
84/160  (84/160)

MessageSujet: Re: « Rencontre hasardeuse » ~ Libre :]   Mar 30 Aoû - 13:40



    Un rayon de soleil perça les nuages. La pluie s'arrêta. Cette bonne averse n'avait donc pas durée bien longtemps. Naïwé rentra la tête dans ses épaules. Il ne faisait pas bien chaud, et en plus elle était trempée. Mais pourquoi n'avait-elle pas prit de manteau ? Quand elle pensait à une bonne veste bien chaude qui l'attendait au fond de sa valise. Faut croire qu'elle avait l'esprit ailleurs, ou alors qu'elle n'était pas totalement réveillée. La jeune fille frissonna. Pas seulemnt à cause du froid. Il était toujours là. Et elle détestait se faire observer ainsi. Mais en risquant un autre coup d'oeil derrière, Naï ne vit personne. Avait-elle donc rêvé ? Non, elle en était sûr que quelqu'un les espionnait. Mais il avait cependant trouvé un endroit plus discret. Mais où ? L'alchimiste regarda ses pieds. De nombreuses flaques, plus ou moins étendues, s'étalaient sur le sol.
    - Fais attention, les rues ne sont pas si sûres qu’elles en ont l’air, mademoiselle.

    Naïwé releva brusquement la tête. Soupire.

    - J'avais cru comprendre. Marmonna-t-elle entre ses dents, si bien que Roy Mustang ne l'avait pas entendu. Et maintenant, c'était terminé ? Finalement, sortir par un temps pareil n'était pas une très bonne idée. Le seul avantage, c'était que les chances de se perdre le lendemain était réduites. Le jeune fille enfonça la tête dans ses épaules. Elle se rendit compte alors qu'elle ne ferait pas de rencontres pareilles tous les jours. Elle avait discuté - si c'était le bon mot, ils n'avaient échangés que quelques phrases - avec un homme haut gradé dans l'armé, et alchimiste pour couronner le tout. Un type comme ça, ça ne passe pas son temps à flaner dans la rue pendant ses heures de travail... Enfin, pas à ce qu'elle sache. De plus, elle avait entendu dire qu'il avait participé à Ishbal et avait été traité de héro. Mais...tuer, est-ce héroïque ? Sûrement qu'il n'y avait pas de réponse à cette question. Seulement des avis. Sa grand-mère disait souvent que c'était le fait tout le monde était différent et que personne n'avait les mêmes pensées qui rendait le monde magnifique, bien qu'imparfait. Mais à vrai dire, Naïwé s'en fichait pas mal. Jamais elle ne deviendrait alchimiste d'état, ainsi, elle n'aurait pas à tuer. ce qu'elle voulait, c'était juste protéger les êtres qui lui était chers. Pourquoi ? Pour ne plus souffrir ? Ou alors c'était du pur égoïsme. Là encore, ce ne sont que des idées différentes.

    - Juste une dernière question … Que sais-tu de Scar ?

    Ses paroles firent sortir Naï de ses rêveries... Scar ?

    - Je sais juste que c'est un assassin qui tue les alchimistes d'état pour une mystérieuse raison. Je ne l'ai jamais vu, mais personnellement, je n'aimerais pas tomber sur lui.

    Une soudaine idée lui traversa l'esprit et la glaça sur place. Et si...c'était lui ? L'homme de tout à l'heure, celui qui les observait ? Non, non, c'était impossible. Mustang avait l'air de connaitre Scar. S'il était là, il l'aurait reconnu. Naïwé ignorait qui était donc cet étrange peronnage, mais elle ne restait pas moins sur ses gardes.


_________________
    Les miracles, c'est pas gratuit. Si tu souhaites l'espoir, une quantité égale de désespoir se répand sur le monde. Tout s'annule, c'est comme ça que le monde reste en équilibre.

[Kyoko Sakura]

Partisanne du TCVMRRDO ♫:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I `m « Invité »
& Invité

avatar



MessageSujet: Re: « Rencontre hasardeuse » ~ Libre :]   Mer 28 Déc - 14:11

La pluie s'atténuait petit à petit, vallait-il mieux changer de cachette ? Non Carver voulait absolument en savoir plus, malheureusement la discussion entre le colonel et la jeune fille tournait cour, cette dernière n'étant pas bien bavarde. Frustré Carver sentit un sentiment de colère monter en lui, rien de grave s'il était en humain mais im avait décidé de prendre sa forme animale, comme de plus en plus souvent ces derniers mois. Aussi cette frustration de ne pas en apprendre plus, gérable quand il était en humain se transforma en une colère envers ces personnes qui n'échangeaient aucune information, c'était une colère irrationnelle comme il en avait régulièrement. Elle montait au fur et à mesure que le brun s'éloignait de la fille.
Mais au boût de quelques instants il s'arrêta et demanda à la jeune fille si elle connaissait un certain Scar. Scar, un tueur en série Ishbal, qui n'en avait pas entendu parlé, même lui était au courant, il faut dire qu'il fût longtemps un des hommes les plus recherché par l'armée et que l'arrivée de Scar l'avait fait un peu oublier, lui permettant de retrouver une certaine tranquilité.
Mais Scar était un Ishbal et ça il le savait et il ne supportait pas ce peuple, cause selon lui de son état actuel.
La colère qui grondait en lui s'estompa alors sous l'espérance d'en apprendre plus sur le tueur Ishbal, mais une nouvelle fois, il n'apprit rien. La fille avança qu'elle ne le connaissait que de réputation et le Colonel s'emblait se satisfaire de cette réponse. Oui mais pas lui, pas Carver, il voulait savoir où était cet Ishbal. Pourquoi ces deux personnes ne parlaient que de choses qui l'intéressait sans jamais rien dévoiler d'important. Pourquoi chaque début de conversation tournait cour et n'aboutissait à rien oou presque, pourquoi ne pouvaient-ils simplement pas dire ou était l'Ishbal. ? Se moqueraient-il de lui ? Ils l'avaient surement vu et se jouaient de lui à présent. C'était surement ça, aussi Carver se tenait pret à attaquer lorsqu'un éclair de lucidité lui traversa l'esprit, après tout peut-être ne savaient-ils vraiment rien de tout ça. Une nouvelle fois son esprit s'embrouiller, aussi il décida d'agir sur un coup de tête.

Il se recula pour se mettre quasiment au milieu du toit plat de l'immeuble de façon à ce que d'en bas on ne puisse le voir. Tout à coup une voix extrêment grave, profonde, puissante et très rauque s'éleva :

- Ou est Scar ?

La voix raisonnait dans toute la rue. Une voix étrange comme si elle était mêlée à un rugissement.

Sans attendre il reprit mais avec plus de force est d'agressivité :

- Ou est Scar ?

Il prolongea le nom de l'Ishbal durant quelques secondes à tel point que le "ar" sembla se perdre dans un rugissement profond, grave et rauque, comme celui que ferait un crocodile.
Revenir en haut Aller en bas
I `m « Contenu sponsorisé »
&




MessageSujet: Re: « Rencontre hasardeuse » ~ Libre :]   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Rencontre hasardeuse » ~ Libre :]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FullMetal Alchemist RPG : Power of Alchemy ::  :: » archives-